Un nouvel évêque à Gap, où le médiatique Mgr di Falco prend sa retraite

  • A
  • A
Un nouvel évêque à Gap, où le médiatique Mgr di Falco prend sa retraite
Mgr di Falco a notamment été porte-parole de la conférence épiscopale de 1987 à 1996.@ ERIC CABANIS / AFP
Partagez sur :

Jean-Michel di Falco Léandri, à la tête du diocèse de Gap depuis 2003, reste l'une des figures les plus connues de l'Eglise de France.

Figure médiatique de l'épiscopat français, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri prend sa retraite et devient évêque émérite: le pape François a nommé samedi son successeur à Gap, Mgr Xavier Malle, a annoncé la Conférence des évêques de France (CEF). Mgr di Falco avait remis sa démission au pape après avoir eu 75 ans en novembre, comme le prévoit le droit canonique, précise la CEF dans un communiqué. Son successeur à la tête de l'Eglise catholique dans les Hautes-Alpes, Mgr Xavier Malle, 51 ans, né à Valenciennes (Nord) et prêtre de la communauté charismatique de l'Emmanuel, était doyen de Chinon (Indre-et-Loire) depuis 2013. Son ordination épiscopale aura lieu le 11 juin en la cathédrale de Gap.

Une figure médiatique. Mgr di Falco a été l'une des figures les plus médiatiques de l'Eglise de France ces 30 dernières années, depuis son long mandat de porte-parole de la conférence épiscopale, qui a duré neuf ans, de 1987 à 1996. Auteur de nombreux livres et chroniques dans la presse et les médias audiovisuels, cofondateur de la chaîne de télévision catholique KTO, il a multiplié les interventions sur divers fronts. Il a notamment apporté en 2014 un appui diversement apprécié dans l'Eglise à l'ex-tradeur de la Société générale Jérôme Kerviel, dont il a présidé le comité de soutien.

Dans un tout autre registre, il avait lancé en 2010 le groupe Les Prêtres - sur le modèle des Irlandais de The Priests -, dont les trois albums ont rencontré un grand succès. Mgr di Falco n'a pas répugné à faire parler de son modeste diocèse de Gap et d'Embrun : dernièrement, il avait regretté publiquement que la campagne 2017 pour le denier de son Eglise, avec un visuel "Votez Jésus!" adapté à la période électorale, ne puisse pas accéder aux espaces publicitaires habituels.

Accusation de pédophilie. En septembre, alors que l'Eglise était confrontée à plusieurs affaires de pédophilie, une ancienne accusation avait resurgi à son encontre : un homme l'avait assigné au civil après s'être dit victime de viols et agressions sexuelles sur une période courant de 1972 à 1975, à l'époque où le Père di Falco dirigeait un collège parisien. L'ancien prêtre du diocèse de Paris a toujours fermement démenti ces allégations, objets d'un classement sans suite puis d'un refus d'informer en 2002 pour cause de prescription.