Un concours d'architectes pour redessiner la Tour Montparnasse

  • A
  • A
Un concours d'architectes pour redessiner la Tour Montparnasse
La Tour Montparnasse.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Le lauréat de ce concours, qui sera désigné en 2017, devra rendre à la Tour "la modernité qui était la sienne" lors de sa construction il y a 40 ans.

Un concours international d'architecture est lancé jeudi pour transformer radicalement la Tour Montparnasse, monolithe brun aussi emblématique de la capitale que mal-aimé de ses habitants.

Le lauréat désigné en 2017. "Cette tour si décriée quelquefois, mais qui en même temps appartient au patrimoine de la ville de Paris, va renouer avec une modernité qui était la sienne il y a 40 ans", déclare Patrick Abisseror, le président de l'Ensemble immobilier Tour Maine Montparnasse (EITMM). Un appel à candidatures est en effet lancé jeudi, qui met l'accent sur "l'innovation, la modernité" mais aussi "les performances environnementales". Une gestion du chantier "exemplaire", avec le moins de nuisances possibles pour le voisinage, sera aussi privilégiée.

En septembre, les six équipes retenues seront dotées de 120.000 euros pour travailler jusqu'à fin décembre, sur des avant-projets plus poussés. Puis l'équipe lauréate sera choisie "au printemps 2017", au terme d'une concertation avec la Ville de Paris, les mairies des 6e, 14e et 15e arrondissements et les riverains. 

Début des travaux en 2019. L'an prochain les copropriétaires devront se mettre d'accord sur le coût global, le calendrier et les modalités des travaux - la tour pourrait être vidée pour réduire la durée du chantier - avec pour objectif un premier coup de pioche "fin 2019". L'investissement d'environ 300 millions d'euros, sera "financé à 100% sur fonds privés, par une quarantaine de copropriétaires".

Tourner la page de l'amiante. Ce concours d'architecture qui "implique des travaux très importants, puisqu'il ne s'agit pas d'un petit lifting, mais d'une restructuration complète et d'une remise à niveau totale, va en même temps nous permettre de tourner une page compliquée de notre histoire : celle de l'amiante", explique Patrick Abisseror.