Treiber raconte sa cavale dans une lettre

  • A
  • A
Treiber raconte sa cavale dans une lettre
Partagez sur :

Paris Match publie, jeudi, une lettre de Jean-Pierre Treiber à son "amie", Blandine. Il y raconte sa cavale en pleine nature.

"Je ne veux pas que tu aies un jour des doutes sur moi" : le 30 septembre dernier, Jean-Pierre Treiber, qui s’est échappé de la prison d’Auxerre le 12 septembre, a posté trois lettres à son "amie", Blandine, révèle Paris Match dans son édition à paraître jeudi.

"Mon hartzala [petit cœur, en Alsacien], voilà, j’ai vraiment lancé la machine pour que [ton] espoir se réalise […] Ca fait déjà quelques jours que j’ai changé de prison, celle-ci est très vaste", écrit l'évadé, dans les quelques lignes bourrées de fautes publiées mercredi soir sur le site internet parismatch.com.

"Après toutes ces années, mes jambes n’ont pas oublié, je parcours de grandes distances pour "boire" la nature qui m’entoure et, quand je peux, trouver une boîte aux lettres !", poursuit Jean-Pierre Treiber.

"On sait que, a priori, Jean-Pierre Treiber est en train de remonter vers le Nord", affirme Christophe Gautier, l’un des journalistes qui signe l’article. "Il raconte sa vie dans les bois. Il dit comment il nourrit, comment il se déplace, ce qu’il fait", poursuit-il.

Selon parismatch.com, Blandine, son ancienne visiteuse de prison, n’a "pas dans l’idée de trahir celui qu’elle aime" en publiant cette lettre. Selon elle, "Jean-Pierre Treiber n’est pas l’individu fruste et brutal qui nous a été présenté", relate encore le site internet.

Une lettre du tueur présumé de Katia Lherbier et de Géraldine Giraud avait déjà été rendue publique, le 17 septembre. Dans cette lettre postée dans l’Yonne, Jean-Pierre Treiber s’adressait alors à Périco Légasse, critique gastronomique à l'hebdomadaire Marianne.

Un mandat d'arrêt international a été lancé, mardi 6 octobre, par le parquet d'Auxerre, qui reconnaît toutefois "qu'aucune piste ne laisse penser à une fuite dans un pays en particulier".

Jean-Pierre Treiber devait comparaître devant la cour d'assises de l'Yonne en avril 2010. C'est dans sa propriété à Villeneuve-sur-Yonne, dans l'Yonne, que les corps de Géraldine Giraud, la fille du comédien Roland Giraud, et de son amie Katia Lherbier, avaient été retrouvés en décembre 2004.