Toulouse : trois suspects arrêtés dans deux dossiers antiterroristes

  • A
  • A
Toulouse : trois suspects arrêtés dans deux dossiers antiterroristes
Trois individus soupçonnés de commettre une attaque en France ont été arrêtés (illustration).@ REMY GABALDA / AFP PHOTO / AFP
Partagez sur :

Trois personnes ont été placées en garde à vue dans la région de Toulouse mardi, dans deux dossiers antiterroristes bien distincts. Ces individus sont soupçonnés d'avoir projeté des attentats en France.

Trois personnes, dont l'une soupçonnée d'avoir projeté un attentat en France, ont été arrêtées et placées en garde à vue mardi en Haute-Garonne dans le cadre de deux affaires distinctes, selon les informations recueillies mercredi par Europe 1, confirmant celles publiées dans La Dépêche du Midi

Un homme soupçonné de préparer un attentat. Une source policière a précisé auprès de Reuters que les enquêteurs soupçonnent un homme, d'une trentaine d'années, arrêté mardi à Cugnaux près de Toulouse, d'avoir voulu commettre une attaque le 31 décembre. Mais, de source judiciaire, on se contente d'évoquer "une suspicion de possible passage à l'acte", sans autre précision sur la nature de ses éventuelles intentions. La Dépêche du Midi présente ce suspect comme "proche des milieux liés à l'islam radical". Selon l'AFP, cet individu a déjà été visé par une perquisition administrative il y a quelques mois. 

Soupçons d'attaques contre des forces de l'ordre. L'autre opération, dans un dossier distinct, concerne deux étrangers en situation irrégulière âgés de 42 ans, arrêtés dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier du Mirail à Toulouse, lors d'une perquisition administrative dans le cadre de l'état d'urgence, indique une source policière à Reuters. Une carabine et des armes factices ont été découvertes à cette occasion, ajoute-t-on de même source, ainsi que de source judiciaire. Les enquêteurs soupçonnent l'une de ces deux personnes d'avoir projeté de s'attaquer aux forces de l'ordre, dit-on de seule source policière. Selon La Dépêche, ces deux individus sont "proches du milieu de l'islam radical, dont l'un aurait un profil suicidaire". Les gardes à vue peuvent durer 96 heures dans les dossiers terroristes.