Tirs sur des gendarmes : deux membres de l'ETA condamnés à 15 ans de prison

  • A
  • A
Tirs sur des gendarmes : deux membres de l'ETA condamnés à 15 ans de prison
Itziar Moreno et Oier Gómez Mielgo avaient été arrêtés en avril 2011 dans la Creuse.@ AFP
Partagez sur :

Deux membres de l'ETA, arrêtés en 2011 lors d'une course-poursuite, ont été condamnés lundi à quinze ans de prison pour tentative de meurtre sur des gendarmes.

Deux membres de l'organisation séparatiste basque ETA ont été condamnés lundi à Paris à quinze ans de réclusion criminelle pour tentative de meurtre sur des gendarmes et complicité, lors d'une course-poursuite en Corrèze et en Creuse en 2011. Le verdict de la cour d'assises spéciale de Paris, composée uniquement de magistrats professionnels, est conforme aux réquisitions de l'avocate générale.

Course-poursuite en 2011. Itziar Moreno, jeune femme de 34 ans, et Oier Gómez Mielgo, jeune homme de 33 ans, avaient été arrêtés le 10 avril 2011 dans la Creuse, après une course-poursuite qui avait démarré la veille. La conductrice, identifiée comme étant Itziar Moreno, au volant d'une voiture volée, avait refusé un contrôle de routine et forcé un barrage routier. Deux gendarmes avaient pris en chasse la voiture dont le passager, Oier Gómez Mielgo, avait ouvert le feu. Durant la course-poursuite, un véhicule de la gendarmerie a essuyé des tirs, son conducteur a été touché à une épaule. La voiture des fuyards a ensuite été retrouvée, vide, au bord d'une route. Ils avaient été interpellés un peu plus tard.

"Dernière confrontation armée avec les forces de l'ordre". Il s'agit de la "dernière confrontation armée avec les forces de l'ordre", a souligné lundi dans son réquisitoire l'avocate générale Maryvonne Caillibotte. Quelques jours plus tard, l'ETA avait affirmé dans un communiqué que cette fusillade était contraire à la politique de l'organisation, qui avait proclamé un cessez-le-feu le 8 janvier 2011. L'ETA est tenue pour responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans. Fondée en 1959, elle a renoncé à la lutte armée en octobre 2011 mais refuse de rendre les armes et de se dissoudre, comme l'exigent Madrid et Paris.