Thierry Mandon : "Le système universitaire doit être financé" davantage

  • A
  • A
Partagez sur :

Le secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche demande plus de moyens pour lutter contre la surcharge de certaines filières universitaires. 

INTERVIEW

Alerte rouge pour les facs. Les universités françaises, qui vont devoir accueillir 40.000 étudiants supplémentaires cette année, sont confrontées à la surcharge de plusieurs filières. Les étudiants sont ainsi particulièrement nombreux en STAPS (sport), en droit, en psychologie et en première année de médecine.

Face à cette situation, le secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a plaidé pour une augmentation du budget des universités. "Notre système doit être financé davantage pour accueillir plus et accueillir mieux", a déclaré Thierry Mandon sur Europe 1, mardi soir.

"Il faut travailler plutôt sur l’orientation". Selon Sophie de Tarlé, rédactrice en chef du Figaro Etudiant interrogée par Europe 1 mardi midi, l’engorgement devrait continuer de s’aggraver si aucune mesure n’est prise. Selon ses chiffres, le système universitaire pourrait accueillir 106.000 étudiants en plus en 2024. "Il faut travailler plutôt sur l’orientation, pour accueillir des étudiants très motivés et surtout pour valoriser d’autres filières qui offrent des débouchés professionnels", a réagi le secrétaire d’État.

La sélection à l’université pas envisagée. Thierry Mandon a cependant refusé d’envisager l’introduction d’une sélection à l’entrée de l’université. "Il faut traiter différemment chaque filière très demandée, le droit, la médecine, la psychologie et STAPS. "Le taux de diplomation, c’est-à-dire les étudiants qui sortiront de l'université avec un diplôme, est de 80%. Si vous sélectionnez à l’entrée, vous empêchez certains jeunes de décrocher un diplôme", a conclu le secrétaire d’État.