Taxis contre VTC : la préfecture de police de Paris affirme sa fermeté

  • A
  • A
Taxis contre VTC : la préfecture de police de Paris affirme sa fermeté
@ AFP
Partagez sur :

La préfecture de Paris affiche sa fermeté dans le conflit entre les taxis et les VTC. 

La préfecture de police de Paris a mis en garde samedi les chauffeurs de taxis et de VTC, expliquant qu'elle avait relevé des dizaines d'infractions lors d'opérations de contrôle et de manifestations et que "ces contrôles et sanctions se poursuivront avec fermeté".

27 opérations d'envergure. Depuis le 13 janvier, la PP a organisé "27 opérations d'envergure (dont 11 sur les aéroports) ainsi que 267 opérations" dans le cadre d'un plan de contrôle des véhicules de transports de personnes "conformément aux instructions du gouvernement". Au total, 4.045 véhicules ont été contrôlés, 85 délits et 1.412 contraventions relevés.

Par ailleurs, 136 infractions ont été constatées, dont 23 d'entre elles constituaient des délits dont 19 pour travail illégal, lors de six opérations CODAF (Comités opérationnels départementaux anti-fraude) menées dans le cadre de ce plan d'action notamment à la gare du Nord et aux aéroports de Roissy Charles de Gaulle et d'Orly. 594 procédures à l'encontre d'usagers d'applications illégales ont également été lancées pour exercice illégal de l'activité de taxis.

Des sanctions qui pourront aboutir à des suspensions de permis. En outre, dans le cadre des manifestations des taxis et des VTC, la PP a interpellé 111 personnes et constaté 37 infractions au code de la route, dont 22 entraves volontaires à la circulation. Ces infractions "ont donné lieu à l'établissement de procédures pénales transmises aux Parquets compétents".

"Des sanctions administratives seront en outre mises en oeuvre au double titre de la réglementation des taxis et du code de la route. Elles pourront aboutir notamment à des suspensions de permis de conduire". La préfecture de police avertit: "Ces contrôles et sanctions se poursuivront avec fermeté si des troubles à l'ordre public devaient à nouveau être constatés."