Sept détenus basques en grève de la faim à Fresnes

  • A
  • A
Sept détenus basques en grève de la faim à Fresnes
Le 2 mai, une quarantaine de détenues avaient effectué un blocage symbolique de 10 minutes dans la cour de promenade pour dénoncer leurs conditions de détention.@ RICHARD BOUHET / AFP
Partagez sur :

Ces détenus protestent depuis mardi contre la mesure d'isolement prise contre un membre présumé de l'ETA début mai.

Sept détenus basques incarcérés à Fresnes ont entamé mardi une grève de la faim pour protester contre l'isolement d'une de leur codétenue, a affirmé mercredi l'association de défense des prisonniers basques Etxerat ("A la maison", en basque).

Grève illimitée. "Cinq hommes et deux femmes incarcérés à la Maison d'arrêt d'hommes et de femmes à Fresnes ont entamé mardi une grève de la faim illimitée pour protester contre une mesure d'isolement prise par la direction de la prison à l'encontre d'Itziar Moreno", indique Etxerat dans un communiqué. La Direction de l'Administration pénitentiaire n'était pas joignable mercredi soir pour une éventuelle réaction.

Isolement. Le 2 mai, une quarantaine de détenues avaient effectué un blocage symbolique de 10 minutes dans la cour de promenade pour dénoncer leurs conditions de détention, dont une" hygiène déplorable", selon l'association. A la suite de ce mouvement, Iztiar Moreno, 34 ans, membre présumé de l'organisation séparatiste basque espagnole ETA, arrêtée en 2011 dans la Creuse et en attente de jugement, avait été placée à l'isolement, la Direction de la prison considérant qu'elle était "la meneuse".

 Un collectif de soutien. En solidarité avec elle, toujours selon Etxerat, deux autres détenues membres présumés d'ETA, Ekhine Eizagirre, 31 ans, arrêtée à Blois en 2013, et Iratxe Sorzabal, 43 ans, arrêtée en septembre dernier dans les Pyrénées-Atlantiques et présentée comme une des chefs de l'ETA, ont entamé une grève de la faim, imitées par cinq prisonniers basques de la Maison d'arrêt des hommes. Un collectif de soutien aux prisonniers basques, Bagoaz ("J'y vais!" en basque), a adressé lundi une lettre ouverte au Directeur de la prison de Fresnes pour lui demander de mettre fin à l'isolement d'Itziar Moreno et de "respecter le droit des détenus".