Séisme : EDF alerte sur la robustesse de huit centrales nucléaires

  • A
  • A
Séisme : EDF alerte sur la robustesse de huit centrales nucléaires
La robustesse de la centrale de Flamanville en cas de séisme n'a pas pu être démontrée.@ CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

EDF a signalé mardi un "événement significatif de sûreté" lié à des risques en cas de séisme pour huit de ses centrales nucléaires françaises, auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire.

EDF a signalé mardi à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un "événement significatif de sûreté" lié à des risques en cas de séisme pour huit de ses centrales nucléaires françaises, pour lequel le groupe a d'ores et déjà réalisé ou entrepris des travaux. Cet événement est classé au niveau deux sur l'échelle INES (échelle internationale de classement des événements nucléaires) qui en compte sept, a précisé l'électricien public dans un communiqué. "Les défauts à l'origine de cette déclaration n'ont eu aucun impact sur la sécurité des salariés ni sur l'environnement", a également fait savoir EDF.

Des travaux en cours. Dans quatre centrales - Paluel en Seine-Maritime, Penly en Seine-Maritime, Flamanville dans la Manche, et Golfech dans le Tarn-et-Garonne -, EDF explique que, dans le cas d'un séisme d'une ampleur exceptionnelle, la robustesse de certaines structures métalliques n'a pu être démontrée. Pour ces centrales, le groupe ajoute avoir d'ores et déjà effectué les travaux nécessaires, qui concernent des diesel de secours devant permettre de fournir de l'électricité aux réacteurs en cas de coupure de courant sur le réseau électrique national, garantissant ainsi un refroidissement du combustible. EDF a également identifié des défauts sur des ancrages de matériels dits "auxiliaires" assurant le fonctionnement des diesel de secours de l'unité de production n°3 de la centrale de Paluel.

Un mois pour renforcer la sécurité. En conséquence, il a étendu la déclaration d'événement "significatif" de sûreté des quatre premières centrales à l'ensemble des vingt réacteurs de 1.300 mégawatts du parc français, que les défauts soient avérés ou non, et a engagé un programme de renforcement des équipements concernés, censés assurer la tenue des installations aux séismes. Les centrales de Belleville-sur-Loire, dans le Cher, Cattenom, en Lorraine, Nogent-sur-Seine, dans l'Aube et Saint-Alban en Isère sont donc elles aussi concernées par le risque dit "générique", c'est-à-dire commun à plusieurs sites. L’ASN, dans un communiqué séparé, a confirmé qu'elle demandait à EDF de renforcer les ancrages de tous les systèmes auxiliaires des diesel de secours des 20 réacteurs concernés, sous trois semaines pour au moins l'un des deux diesel et sous un mois et demi pour les deux diesel.