Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes en baisse de 6% en juin

  • A
  • A
Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes en baisse de 6% en juin
@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Le mois de juin 2016 a été le moins meurtrier de l'histoire des statistiques routières, après une hausse du nombre de morts au premier semestre. 

Le nombre de morts sur les routes de France a reculé de 6% en juin, avec 281 personnes tuées, soit 18 de moins qu'en juin 2015, a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le moins meurtrier de l'histoire. Ce mois de juin, le moins meurtrier de l'histoire des statistiques routières, permet de ralentir la tendance à la hausse du nombre de morts enregistrés au cours du premier semestre +1,9% (1.569 tués) par rapport aux six premiers mois de l'année dernière.

Des contrôles renforcés. Ces bons chiffres "nous conduisent à renforcer les contrôles sur la route", a affirmé Bernard Cazeneuve, en déplacement au péage de Fleury-en-Bière, en Seine-et-Marne, à la veille du premier week-end de grand départ en vacances. "Près de 14.000 policiers seront déployés pour assurer ces contrôles de telle sorte que l'on puisse atteindre notre objectif d'une nouvelle année de baisse de la mortalité sur les routes", a-t-il annoncé. Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine est reparti à la hausse en 2014 (3.384 morts, +3,5% par rapport à 2013), une tendance qui s'est poursuivie en 2015 avec 3.461 tués (+2,3% par rapport à 2014) et sur les six premiers mois de 2016.

Beaucoup d'accidents l'été. "L'été, les mois de juillet et août notamment, c'est un cinquième des morts sur les routes parce qu'il y a un trafic extrêmement important. Nous sommes dans une période où la vigilance s'impose absolument", a déclaré le ministre. "Nous sommes venus rappeler les mesures de précaution que les automobilistes doivent prendre: d'abord la vérification du véhicule, le port de la ceinture, les risques qui s'attachent à la consommation des stupéfiants et d'alcool, la nécessité de ne pas utiliser les oreillettes parce que ça diminue la vigilance, la nécessité de faire des pauses de manière à ce que la fatigue ne gagne pas, que l'endormissement ne provoque pas des accidents extrêmement graves", a-t-il poursuivi.