Sébastien Arsac, petit-fils de boucher et....défenseur de la cause animale

  • A
  • A
Partagez sur :

Sébastien Arsac, co-fondateur de L214, une association qui lutte pour la protection des animaux d’élevage, a expliqué, sur Europe 1, le sens de son engagement. 

INTERVIEW

Venir d'une famille de bouchers et défendre la cause animale n'est pas incompatible. La preuve avec Sébastien Arsac. Le co-fondateur de L214, une association qui lutte pour la protection des animaux d’élevage l'a expliqué lundi matin au micro de Caroline Roux, sur Europe 1. "Je ne suis pas né aujourd’hui comme je suis. Je cachais du saucisson sous mon oreiller. J’assistais à la fête du cochon, la tuerie du cochon. Mon grand-père était le saigneur du village. C’était une journée de convivialité", se souvient le militant. "Mais petit à petit le cri du cochon m’a posé question."

"Un choc". Du jour au lendemain, Sébastien Arsac décide de devenir végétarien :  "J’étais sur le canapé en train de lire une BD et de manger du lard. Et je lis sur une case qu’il y a des civilisations qui ne mangent pas d’animaux. Cela m’a fait un choc. Je me suis dit, j’arrête de manger des animaux."

Un engagement. "Je me suis engagé assez tôt. Je me rappelle avoir participé à des manifestations pour les sans-papiers", évoque-t-il. "S’engager pour les humains ou pour les animaux ça va dans le même sens. C'est ce que dit aussi Yann Artus Bertrand : 'face à la souffrance d’un être humain ou d’un animal il y a deux attitudes possibles, soit construire un mur d’indifférence, soit au contraire s’ouvrir à la compassion'."

Informer le grand public. L214 s'est fait connaître par ses vidéos chocs. En décembre, l'association a diffusé des images de poussins qui se faisaient broyer. "Il n'y a que les poules qui pondent des œufs, mais les mâles qu’est ce qu’on en fait ? On les broie", rappelle Sébastien Arsac. "Dans le milieu, tout le monde connait ces images dans les couvoirs, mais pas forcément le grand public. Cette mission de sensibilisation est primordiale. On est pas là pour donner des leçons mais on doit avoir l’information, la connaissance pour pouvoir se positionner."