Salah Abdeslam "lâché" par ses avocats : "Ça confirme ce à quoi je m’attendais", réagit le père d'une victime du 13-Novembre

  • A
  • A
Partagez sur :

Georges Salines a perdu sa famille Lola dans l'attentat du 13-Novembre. Voir Salah Abdeslam lâché par ses avocats en raison de son refus de parler ne l'a pas étonné.

INTERVIEW

Georges Salines n'a pas été surpris lorsqu'il a appris, mercredi, que les avocats de Salah Abdeslam renonçaient à le défendre. "Ça confirme ce à quoi je m’attendais. Après mes derniers entretiens avec le juge d’instruction, j’avais retenu que Salah Abdeslam n’allait probablement pas parler, qu’il était enfermé dans son mutisme et que ses avocats allaient probablement renoncer à le défendre", a déclaré sur Europe 1 le père de Lola, l'une des victimes du Bataclan.

Son silence, pas un frein à l'enquête. Georges Salines, par ailleurs président de l’association "13 onze 15" qui regroupe les victimes de l'attentat et leurs proches, "n'attend rien" de Salah Abdeslam. Il "regrette" cependant le mutisme du seul membre vivant du commando du 13-Novembre "parce qu’il est en position de compléter tout ce qu’on pourra apprendre par ailleurs", avance-t-il. "Mais l’instruction repose sur beaucoup d’autres éléments", se rassure-t-il. En clair, le silence d'Abdeslam ne le sauvera pas.


Abdeslam sans défense. Sans ses avocats, Me Sven Mary et Me Franck Berton, le terroriste est désormais seul pour se défendre. Sans s'en satisfaire, le père de Lola pense que "cela évitera aux victimes d’avoir à entendre des 'pseudos excuses'. On aurait pu penser qu’il allait essayer de minimiser son rôle, ce ne sera pas le cas". 

Un silence lié aux conditions de détention ? Pour justifier le mutisme de leur client, Me Franck Berton et Me Sven Mary ont à nouveau dénoncé mercredi ses conditions de détention à la prison de Fleury-Mérogis. Salah Abdeslam y est notamment surveillé 24h/24, une mesure qu'il avait tenté de faire annuler. Sur ce point, Georges Salines insiste : "les conditions de détention de Salah Abdeslam ne sont pas faites pour venger les victimes ou le torturer, elles sont faites pour l’empêcher de se suicider et de communiquer". Pour le père de Lola, "Salah Abdeslam est déterminé à ne pas parler pour bien d’autres raisons".