Saint-Malo : incompréhension après le renvoi du patron d'une entreprise bénéficiaire

  • A
  • A
Partagez sur :

Un groupe américain a renvoyé le patron d'une de ses entreprises, basée à Saint-Malo, pourtant en pleine expansion. Les salariés font grève pour protester.  

"C'est inqualifiable", s'insurge Claudine Corbel, directrice financière du Laboratoire de la mer, leader mondial du spray nasal, à Saint-Malo. Lundi, son directeur, Olivier Bertaud, a été renvoyé par le groupe américain propriétaire de l'entreprise. Convoqué pour une prise de contact avec ces nouveaux actionnaires, le responsable, dont l'entreprise connaît une croissance à deux chiffres depuis cinq ans, a été limogé en cinq minutes. Dès mardi, les 170 salariés et intérimaires du Laboratoire de la mer se sont mis en grève en signe de protestation. 

"On n'est pas aux USA". "Ils l'ont limogé en lui demandant, bizarrement, de quitter la société et de quitter la ville", dénonce Claudine Corbel. "C'est délirant. On avait l'impression que c'était un cauchemar." La directrice financière craint que la méthode ne soit appliquée à d'autres salariés. "Ce sont des méthodes américaines, on n'est pas aux USA !", lâche-t-elle.

"Sans lui, on n'est rien". Dorothée, du service marketing, est également sous le choc : "On lui a donné cinq minutes pour faire ses cartons et partir. Il a tout fait pour nous. C'est vraiment notre colonne vertébrale, sans lui on est rien", estime-t-elle. "C'est pour ça qu'on se bat aujourd'hui. On veut qu'Olivier revienne au Laboratoire de la mer." Mercredi, la position des actionnaires restait inchangée. Les salariés ont annoncé un troisième jour de grève, réclamant sa réintégration.