"Rodéo" dans un lycée toulousain : le motard en garde à vue

  • A
  • A
"Rodéo" dans un lycée toulousain : le motard en garde à vue
Le motard, rapidement identifié par des témoins, a été placé en garde à vue.@ DGPN-SICOP
Partagez sur :

Deux lycéennes de 15 et 16 ans ont été fauchées par le motard, qui s'est introduit dans la cour de l'établissement.

Le jeune motard qui a fauché deux élèves mardi dans l'enceinte d'un lycée de Toulouse, s'est rendu et a été placé en garde à vue, a-t-on appris mercredi de source policière.

"Il est arrivé à fond". Âgé de 20 ans, le jeune homme, connu des services de police pour vols, stupéfiants et outrages, a reconnu les faits lors de son audition mercredi matin mais ne s'était pas immédiatement expliqué sur ses motivations, a ajouté cette source policière. Cet habitant du quartier faisait des "rodéos" sur une moto tout terrain devant le lycée Raymond-Nave, dans le nord de Toulouse, avant de "se faufiler dans un portillon d'un mètre de large, à l'entrée duquel un assistant d'éducation filtrait les entrées", a rapporté Jacques Caillaut, l'Inspecteur d'académie. "Il est arrivé à fond", a-t-il ajouté, "il est rentré en pleine vitesse en passant par un portillon étroit, il y a bien intention de rentrer en forçant le passage", a-t-il estimé.

Rapidement identifié. En revanche, selon une source policière, il aurait perdu le contrôle de la moto une fois dans le lycée, et n'aurait pas délibérément fauché deux lycéennes de 15 et 16 ans, blessées dans l'accident dont une grièvement. Le chauffard a ensuite pris la fuite à pied "en boitant", en abandonnant sa moto tout terrain sur place, selon la police. Immédiatement identifié par des témoins, le jeune homme était recherché mais il s'est présenté à 20h40 mardi soir au commissariat de police, où il a été placé en garde à vue avant d'être hospitalisé jusqu'à 5h mercredi pour ses blessures à l'épaule droite et à une jambe.

La sécurité ne pourrait être renforcée. Interrogé sur les conditions de sécurité du lycée, dans le cadre de l'état d'urgence, l'Inspecteur d'académie a déclaré que "l'accident s'était bien produit dans la cour de l'établissement". Mais le grand portail est fermé et l'entrée se fait seulement par un portillon d'un mètre de large, où élèves et enseignants sont filtrés. "Qu'est-ce qu'on peut faire de mieux ?" a-t-il ajouté, soulignant que "les éléments de sécurité se mettent en place dans tous les établissements".