Réveillon sur les Champs-Elysées : "ne pas penser" aux attentats

  • A
  • A
Réveillon sur les Champs-Elysées : "ne pas penser" aux attentats
Il n'y a pas eu de feu d'artifice le 31 décembre.@ FLORIAN DAVID / AFP
Partagez sur :

Le traditionnel réveillon sur les Champs-Elysées a rassemblé une foule moins dense que d'habitude, entre tristesse et insouciance.

Pas de record de fréquentation pour le réveillon 2016 sur les Champs-Elysées. Pas de spectacle non plus, si ce n’est l’Arc de triomphe, qui a affiché les couleurs de la France. Les forces de sécurité étaient omniprésentes jeudi soir.

"Mieux que 2015". Les attentats de 2015 étaient encore dans tous les esprits... Impossible de faire dix mètres sans tomber sur un policier, un gendarme ou un militaire. "Ils nous demandent d’ouvrir les manteaux, les sacs", raconte Antoine, qui a passé la soirée sur les Champs-Elysées. "Ils nous fouillent pour voir si on n’a pas de ceinture d’explosifs. C’est plutôt rassurant". Une situation un peu anxiogène... Mais lorsqu’arrive le compte à rebours affiché sur l’arc de triomphe, tout change : 2016 est accueilli par des cris de joie. Les vœux fusent : "Ca va être mieux que 2015 ! Tout ira bien, on va s’amuser…". Ou encore : "Nouvelle année, nouvelles résolutions, tout le monde est heureux".

Véronique avait hésité avant de venir, par peur du terrorisme. Elle est finalement ravie. "Je me suis dit, 'faut y aller'. Faut pas y penser, on pense au bonheur ce soir". Elle a déjà décidé de revenir ici l’année prochaine pour fêter 2017.

Un réveillon plus sobre que d'habitude. Ce sont la maire de la capitale Anne Hidalgo, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et le préfet de police de Paris Michel Cadot qui ont décidé de maintenir le réveillon sur les Champs-Elysées. Il "n'y aura pas de grand show” et un feu d'artifice a été annulé", avait annoncé le préfet le 20 décembre. Les projections sur l'Arc de triomphe ont été plus courtes que d'ordinaire, la circulation rendue aux voitures plus vite et les écrans géants dispersés pour éviter les concentrations de foule.