Renforcement du congé paternité : "une vraie avancée pour les pères"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Bastien Lachaud, député LFI de Seine-Saint-Denis était l'invité de Matthieu Belliard sur Europe 1, mercredi. Il s'est dit favorable aux propositions de l'Inspection générale des affaires sociales pour un "renforcement" du congé paternité.

INTERVIEW

Dans un rapport remis mercredi au gouvernement, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) préconise un "renforcement" du congé paternité. Le rapport propose notamment de le prolonger et d'en rendre au moins une partie obligatoire. "C’est une bonne chose. Le rapport de l’Igas va dans le bon sens", a estimé mercredi le député LFI de Seine-Saint-Denis Bastien Lachaud, au micro de Matthieu Belliard, sur Europe 1.

"Dans les premiers jours, (...) la présence des deux parents est fondamentale." En mars dernier, Bastien Lachaud avait notamment fait une proposition de loi sur l'allongement du congé paternité en cas d'accouchement prématuré ou d'hospitalisation du nouveau-né. "Aujourd’hui, le congé paternité c’est 11 jours", a-t-il rappelé, estimant que "c'est totalement insuffisant" : "On le sait, pour le développement de l’enfant, la présence des deux parents est fondamentale dans les prochains jours".

"Une vraie avancée pour les pères." A l'heure actuelle, 70% des pères prennent leur congé paternité. "C'est un très fort pourcentage", reconnaît Bastien Lachaud, mais "le rapport de l'Igas l'a montré, les 30% qui ne le prennent pas, c’est en raison essentiellement de leurs conditions de travail et de leur relation avec leur employeur". Ainsi, rendre le congé paternité obligatoire, "de la même manière que l’est le congé maternité, contribuera à l’égalité entre les femmes et les hommes" et représentera "une vraie avancée pour les pères".


>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

La question de la perte de salaire. Par ailleurs, "il faut avancer sur le fait qu’il n’y ait pas de perte de salaire" lors d'un congé paternité, qui n'est que partiellement compensé financièrement. "Il faut que ce soit comme le congé maternité, sans perte de salaire pour le père", réclame Bastien Lachaud.