Renaud à Bruxelles : "Mes petits frères belges, c'est ma famille, mes enfants"

  • A
  • A
3818 partages

Renaud, lié au public belge, "sa famille" dès le début de sa carrière, a tenu à être présent à Bruxelles samedi, pour lutter avec ses armes, les chansons. 

INTERVIEW

Samedi, Renaud, plus que jamais debout, était sur scène à Bruxelles aux côtés du groupe I Muvrini. "J'étais avec mes frères corses et là je suis avec mes petits frères belges." Très touché par les attentats de Paris, le chanteur qui a récemment repris la plume dans Charlie Hebdo, a tenu à exprimer sa solidarité avec le peuple belge en chansons, après les attentats qui ont frappé Bruxelles le 22 mars. "Ma présence est indispensable ici. J'ai envie d'y être, j'ai envie de leur dire ma solidarité, ma fraternité, ma compassion, mon empathie, ma douleur, mon chagrin devant ces drames", a-t-il expliqué au micro d'Europe 1, dimanche matin.

"Allumer une petite bougie". Etre présent sur les lieux prend des airs de résistance pour l'artiste écorché vif. Ces attentats, "ce n'est pas la première fois, ce ne sera malheureusement pas la dernière. Mais on est là pour résister, pour lutter, pour combattre avec des mots et de la musique contre ces gens violents qui n'aiment rien, ni les femmes, ni la musique, ni la danse, qui n'aiment que la mort." Après l'émotion du concert de samedi, Renaud va se recueillir "place de la Bourse, allumer une petite bougie et prier pour les victimes".

"C'est ma famille". Dimanche matin, il s'est rendu dans un hôpital de Molenbeek pour aller voir des rescapés. Les médecins militaires lui ont répondu que c'était impossible : "pas de la famille". Au contraire dit-il : "Mes petits frères belges, c'est ma famille, mes enfants. Ils m'on vu grandir. Depuis 1975, je faisais plus de monde à Bruxelles qu'à Marseille ou à Lyon et c'est un public extraordinaire que j'aime. Ils m'ont fait aimer la Belgique et les Belges qui sont des gamins, des amours."

"Je suis Bruxelles". La voix troublée, le chanteur raconte qu'à la fin de son concert, il est revenu sur scène au rappel avec une pancarte "Je suis Bruxelles". Après la capitale belge samedi, il sera dimanche à Liège où il interprétera une nouvelle fois La ballade nord-irlandaise "parce que c'est un hymne à la non-violence, à la paix, à la fraternité, au fait de planter des arbres, des graines, les mains ouvertes." Et puis, Mistral gagnant pour "parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra".

Un "Phénix Tour" dès octobre. Neuf ans après sa dernière tournée, le chanteur au foulard rouge sera en représentation d’octobre 2016 à février 2017, pour son "Phénix Tour", symbole de sa renaissance personnelle. Sa chanson Toujours debout aura sans doute une résonance toute particulière dans le cœur des Bruxellois.