Réforme du code du travail : le patronat plutôt satisfait de la feuille de route

  • A
  • A
Réforme du code du travail : le patronat plutôt satisfait de la feuille de route
Les organisations patronales ont salué des propositions intéressantes mais indiquent rester vigilantes.@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Les premières pistes de travail proposées par le gouvernement ont été accueillies favorablement par les organisations patronales.

Des "pistes de travail intéressantes" pour le Medef, des "priorités prises en compte", selon l'U2P (artisans), une "volonté de rénover notre modèle social" pour la CPME, les organisations patronales ont accueilli plutôt favorablement mardi le programme de réforme du travail engagée par le gouvernement.

Des pistes "intéressantes", à préciser. Dans un communiqué, le Medef a constaté que "les premières pistes de travail proposées par le gouvernement sont intéressantes mais elles doivent être précisées. Elles articulent assurance-chômage, formation professionnelle et code du travail, lien déterminant pour construire une réforme cohérente". Toutefois, la principale organisation patronale restera "extrêmement vigilante dans la phase de concertation qui va s'ouvrir pour que les mesures proposées gardent leur ambition initiale pour avoir un effet réel sur le fonctionnement du marché du travail".

Réforme "si nécessaire". L'U2P s'est félicitée de son côté que ses "priorités (...) semblent avoir été prises en compte". L'organisation des artisans salue le recours aux ordonnances pour "la réforme du droit du travail si nécessaire pour restaurer la confiance des chefs d'entreprise" et la révision du dispositif sur la prise en compte de la pénibilité "dans le sens d'une simplification pour les entreprises". La confédération des PME s'est dite prête à "participera de manière constructive aux discussions qui se dérouleront durant l'été". La CPME veillera dans un même temps "à ce que les TPE/PME, sans minimiser le rôle des branches professionnelles, puissent bénéficier des possibilités d'adaptation qui seront ouvertes à la négociation collective par la loi". 

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont transmis mardi la feuille de route de la délicate réforme du code du Travail qui se fera en utilisant la procédure accélérée des ordonnances. Parmi les mesures envisagées, figurent le plafonnement des indemnités prud'homales, la fusion des instances représentatives ou l'articulation entre la négociation d'entreprise et de branche.

Réforme du travail : un texte "déséquilibré" pour la sécurisation des parcours des salariés, selon la CFDT

La CFDT a regretté que le programme de travail présenté mardi par le gouvernement pour réformer le code du travail soit "déséquilibré en termes de sécurisation des parcours des salariés", dans un communiqué. "Il y a un certain nombre de points qui manquent", a complété sur RTL Laurent Berger, numéro un du syndicat, citant "la sécurisation des parcours professionnels", le "fait de nourrir davantage le compte personnel d'activité (CPA) de droits nouveaux pour les travailleurs" ou "d'aider davantage les chômeurs exclus de l'emploi à retrouver un travail".

Laurent Berger a aussi répété son "désaccord" avec le plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, jugeant qu'il est "normal qu'il y ait une réparation intégrale du préjudice subi" par le salarié.
Mais sa centrale va "regarder avec d'autres organisations syndicales comment faire en sorte de peser ensemble pour que le niveau du plafond soit le plus élevé possible, pour que des salariés qui seraient licenciés parce qu'ils auraient subi un harcèlement moral ou sexuel par exemple, évidemment, ne se voient pas appliquer le plafond", a-t-il ajouté.