Rapport sur le climat : "On va continuer à battre des records"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Comme de nombreux climatologues, Hervé Le Treut, invité d'Europe 1 jeudi, constate avec amertume que la courbe du changement climatique tardera à s'inverser.

INTERVIEW

Les conclusions particulièrement alarmantes du rapport annuel sur l'état du climat ne sont pas une surprise pour le climatologue Hervé Le Treut, invité d'Europe 1 jeudi. "Ce que l'on voit, c'est un effet d'accumulation et de long terme", insiste-t-il.

Des années pour inverser la tendance. Ce rapport révèle que les températures, la montée des eaux et les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux records l'an dernier, faisant de 2015 la pire année de l'histoire moderne pour une série d'indicateurs clé. "On accumule des gaz à effet de serre depuis une soixantaine d'années au moins. On peut voir l’atmosphère comme une bouteille que l’on remplirait continuellement. Le tuyau d’évacuation est très restreint aujourd’hui. Il faudra des années pour réussir à endiguer ce processus", se désole le scientifique. "Depuis les années 1980, on a régulièrement battu des records et ça va continuer", prévient-il.

Le moment d'agir. Quelques mois après la COP21, le danger du changement climatique se fait de plus en plus lisible. Pour Hervé Le Treut, il est grand temps d'agir fermement. "Il faut se débarrasser de ce qui fait 80% des émissions de gaz à effet de serre, c'est-à-dire de l’usage du charbon, du pétrole et du gaz naturel", martèle-t-il. "C’est ce qui a fait l’objet d’un consensus lors de la COP21 mais cela représente des changements structuraux extrêmement importants qu’il faut mettre en oeuvre à tous les niveaux. Pas seulement les gouvernements mais aussi les entreprises, les citoyens..." Si contraindre par la menace de sanctions peut aider, selon Hervé Le Treut, il faut aussi et surtout accentuer le "développement technologique pour remplacer les énergies actuelles par des énergies de substitution".

Du 7 au 18 novembre prochain, Marrakech accueillera par ailleurs la "COP22", petite sœur de la Conférence pour le climat de Paris. Elle aura pour mission de mettre en place des "agendas plus techniques" pour l'application de l'accord de Paris.