Qui sont les descendants d’immigrés nés en France ?

  • A
  • A
Qui sont les descendants d’immigrés nés en France ?
@ LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :

7,3 millions de personnes nées en France ont au moins un parent issu de l’immigration. Portrait-robot de cette "deuxième génération".

En 2015, 7,3 millions de personnes nées en France avaient au moins un parent immigré, soit 11 % de la population, selon la dernière enquête de l’Insee sur le sujet. 7,3 millions, c’est 1,4 million de plus que le nombre d’immigrés actuellement présent sur le sol français. D’où viennent ces descendants d’immigrés ? Où vivent-ils ? Se mélangent-ils ? Portrait-robot en cinq chiffres.

  • 45% ont des parents européens

Près de la moitié (45%) sont d’origine européenne : 12% des descendants d’immigrés viennent d’Italie, 9% du Portugal, et 8% d’Espagne. Selon l’Insee, les Italiens et les Espagnols ont massivement franchi la frontière "dans les années 30", fuyant pour la plupart leur régime fasciste, alors que les Portugais sont arrivés "plus tardivement".

Si l'on se concentre sur les pays d'origine, c'est d'Algérie que vient la majorité des familles de cette "deuxième génération", avec 15%. Le Maroc (11%) et la Tunisie (5%) viennent ensuite devant la Turquie (4%) et l’ensemble de la zone Amérique Océanie (4%). 11% des enfants d’immigrés viennent d’Afrique subsaharienne tous pays confondus, et 9% ont des origines en Asie.

  • 47% ont moins de 25 ans

Quasiment un descendant d’immigré sur deux est âgé de moins de 25 ans, contre 30% pour le reste de la population. Parmi les descendants d’immigrés de moins de 25 ans, 42 % sont originaires du Maghreb et 19 % d’Afrique subsaharienne. En revanche, les plus âgés de cette "deuxième génération" sont nés de parents européens. "Au sein des descendants d’immigrés de 50 ans ou plus, 88 % sont d’origine européenne. Leurs parents sont pour la plupart des immigrés arrivés en France entre les deux guerres en provenance d’Italie, d’Espagne, de Belgique, de Pologne ou d’Allemagne", explique l’Insee.  

  • 67% vivent en couple mixte

Les enfants de cette "deuxième génération" d’immigrés ne sont, dans leur majorité, pas restés confinés entre eux. 54% des descendants d’immigrés sont ainsi issus de couples mixtes, et 67% vivent eux-mêmes dans le cadre d’un couple mixte, c’est-à-dire avec un(e) conjoint(e) non issu de l’immigration. "Ceux qui partagent leur vie avec un immigré (20 %) ou un descendant (13 %) ont majoritairement deux parents immigrés. Ainsi, la mixité du couple parental semble favoriser la mixité des couples formés par leurs enfants", commente l’Insee. Or, cette mixité parentale est différente selon la zone géographique d’origine : 65 % des descendants d’immigrés d’origine européenne sont issus d’un couple mixte ; 44 % des descendants d’immigrés d’origine maghrébine et 39% pour ceux d’origine subsaharienne.

  • 77% des jeunes descendants vivent chez leurs parents

C’est un chiffre qui ressort particulièrement de cette étude de l’Insee : parmi les jeunes âgés de 18 à 24 ans, 77 % des descendants d’immigrés n’ont pas encore quitté le foyer parental, contre 62 % des jeunes qui ne sont ni immigrés ni descendants d’immigrés. Les descendants d’origine africaine ou asiatique sont plus nombreux à cohabiter avec leurs parents (respectivement 83 % et 79 %) que les descendants d’origine européenne (67 %). "Les jeunes attendent généralement d’avoir une situation suffisamment stable vis-à-vis du marché du travail pour partir définitivement du logement parental", analyse l’institut de statistiques. En clair, la situation semble moins "stable" pour les enfants d’immigrés que pour les autres.

  • 89% habitent en ville

Seuls 11% des descendants d’immigrés vivent dans des zones rurales, contre 27% pour le reste de la population française. 30 % des descendants d’immigrés résident à Paris, soit un peu moins que pour les immigrés (35 %) mais plus du double que le reste de la population.

Là encore, le pays d’origine a une influence (au moins d’un point de vue statistique) sur la région d’habitation : "les immigrés européens se répartissent entre l’Île-de-France (26 %) et les régions Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur (30 %). Leurs descendants résident également dans ces zones géographiques, mais sont un peu moins présents en Île-de-France (21 %)", détaille l’Insee. Et de poursuivre : "Les immigrés et les descendants d’origine africaine hors Maghreb sont quant à eux très présents en Île-de-France (56 %). Un tiers des immigrés maghrébins et un tiers des descendants de même origine résident également en Île-de-France, 13 % en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et 13 % également en Auvergne-Rhône-Alpes".