Qu’est-ce que le "Front social", ce collectif qui veut mener la vie dure à Emmanuel Macron ?

  • A
  • A
Qu’est-ce que le "Front social", ce collectif qui veut mener la vie dure à Emmanuel Macron ?
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi après-midi à Paris à l'appel du collectif "Front social" @ Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi à Paris à l'appel du collectif "Front social". Que recouvre ce mouvement ?

Le but affiché par les coordinateurs du mouvement est clair : "Constituer un front social contre Monsieur Macron". Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi après-midi à Paris à l'appel du collectif "Front social" (1.600 selon la police, 7.000 selon les organisateurs), pour marquer leur mobilisation dès le lendemain de l'élection du nouveau président de la République. En ligne de mire : la réforme du Code du Travail ou encore la volonté de gouverner "par ordonnance" envisagée par Emmanuel Macron.

Le 22 avril, à la veille du premier tour, le "Front social" avait déjà organisé une manifestation à Paris, à laquelle avaient participé plus de 2.000 personnes, selon la police et les organisateurs. Entre-les deux tours, ils avaient également appelé "à battre les deux candidats". Aujourd’hui, l’ambition de ce mouvement est tout simplement de devenir le premier opposant "social" aux mesures libérales prévues par le nouveau président de la République. Qui compose ce collectif ? Peut-il peser durant le prochain quinquennat ? Eléments de réponse.

  • La genèse : des déçus de la lutte contre la loi Travail se regroupent

Le collectif "Front social" est né d’une déception : celle de l’abandon de la lutte contre la loi Travail. Le 16 février dernier, les membres de plusieurs fédérations locales de syndicats se rassemblent en meeting au théâtre de la compagnie Jolies Mômes, à Saint-Denis, pour décider d’une poursuite du mouvement. Une semaine plus tard, en comité restreint, l’idée d’une manifestation la veille du premier tour de la présidentielle est actée.

"On essaie de bousculer le syndicalisme. Il s’agit d’une coordination sur un mode horizontal, avec des décisions qui passent par la base et la mise en réseau des gens plutôt que par une réponse systématique aux appels à la mobilisation émis par une direction de centrale syndicale. On fait une sorte de syndicalisme 2.0", décrit pour Europe 1 Romain Altmann, responsable du syndicat Info'Com CGT. "Nous avons déjà enregistré un certain succès : la manifestation de lundi dernier s’est organisée en dix jours. Et nous ne sommes que des syndicats locaux", poursuit-il.

Les syndicats ne sont plus des forces qui centralisent la contestation

Aujourd’hui, le collectif réunit environ 70 organisations, collectifs et autres associations venus du syndicalisme protestataire, d’association de défense des réfugiés ou encore de mouvement de lutte contre les violences policières. La CGT info’com, la CGT Goodyear, la CGT énergie-Paris, la fédération Sud commerce, les associations Droit devant, Urgence notre police assassine ou encore certaines fédérations locales de l’Unef se sont déjà rangées sous la bannière "Front social".

  • La force de frappe : une mobilisation efficace sur internet

"Ce mouvement est dans la continuité logique de Nuit debout, avec cette idée que les mouvements viennent d’en bas, de la base", analyse pour Europe 1 Jean-Marie Pernot, chercheur associé à l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES). "Il y a une décentralisation des lieux de la mobilisation. Les syndicats ne sont plus des forces qui centralisent la contestation et les petites fédérations s’autonomisent, avec des mots d’ordre propres", poursuit ce spécialiste des mouvements sociaux.

Faute de structure massive, ce collectif "2.0" investit les réseaux sociaux. Des affiches, tracts et autres slogans qui respectent les "codes" de la toile et dont le but assumé est de créer "le buzz" sont créés par dizaines et circulent abondement sur les comptes Twitter, Facebook et autres Instagram des organisations membres du collectif. Sur internet, la mayonnaise semble prendre. La page Facebook de la CGT Info Com’, l’un des principaux membres du collectif, réunit déjà 72.000 "fans", contre seulement 35.000 pour la page générale de la CGT.

>> Des exemples d’affiches véhiculées depuis dimanche :

  • La limite : un mouvement qui reste très minoritaire

Les directions des principales fédérations syndicales se montrent, pour l’heure, prudentes face à ce mouvement, voire même réticentes. "Je ne me reconnais pas du tout dans ces affiches, je suis en profond désaccord et ce n’est pas la première fois. Pour eux je suis un traitre, nous ne sommes pas du tout d’accord", réagissait Philippe Martinez, leader de la CGT, interrogé le 1er mai sur Europe 1 à propos de l’une des affiches véhiculées par le mouvement, comparant Emmanuel Macron et Marine Le Pen à "la peste et le choléra".

En avril dernier, il avait déjà pris ses distances avec une affiche contre les violences policières, montrant une mare de sang au-dessous d'un écusson de CRS et d'une matraque. "Cette affiche émane d'un syndicat de la CGT et elle n'apparaît pas, vous l'avez remarqué, sur le site de la confédération", avait-il déclaré, prié par le Premier ministre Bernard Cazeneuve et le syndicat CGT-Police de dénoncer le tract.

"Les grandes centrales n’ont, pour l’heure, pas de vision à long terme. Elles ne savent toujours pas quel mot d’ordre elles vont adopter face à Emmanuel Macron. Je doute qu’elles rejoignent ce ‘Front social’", estime pour sa part Jean-Marie Pernot, chercheur associé à IRES. "La conjoncture fera le reste. Si Emmanuel Macron met en place une réforme du travail exagérément libérale, peut-être les grandes centrales rejoindront-elles une mobilisation déjà préparée. Mais la bascule ne se fera pas de sitôt", poursuit le chercheur.

Ces mouvements peuvent essaimer, fermenter, et persévérer sous d’autres formes

"Nous revendiquons notre côté turbulent et détonnant", balaie, pour sa part Romain Altmann, de la CGT Info Comm’, face aux critiques de la direction de la CGT. Difficile de dire, toutefois, si le mouvement va prendre de l’ampleur ou finir par faire pschitt. "Le mouvement reste pour l’heure très minoritaire. Mais celui du 22 mars 1968 l’était aussi, avant d’exploser. Il est impossible de prévoir le résultat des législatives, et pour les mouvements sociaux, c’est encore plus difficile de faire des projections", décrypte 1 Jean-Marie Pernot. "Le mouvement s’inscrit dans la suite de Nuit Debout, qui a fini par disparaître. Mais est-ce que Nuit Debout n’a servi à rien ? La réponse n’est pas si simple. Ces mouvements peuvent essaimer, fermenter, et persévérer sous d’autres formes".

Les coordinateurs du réseau, pour leur part, se réuniront mardi prochain, avant de préparer une "rencontre nationale" entre tous les sympathisants qui le souhaitent, le 10 juin. "On prépare une nouvelle mobilisation, qui sort un peu de la traditionnelle manifestation. On laissera la base décider", indique simplement Romain Altmann, bien décidé à jouer le poil à gratter du prochain quinquennat.