Quelques échauffourées lors de la manifestation à Paris contre les "violences policières"

  • A
  • A
Quelques échauffourées lors de la manifestation à Paris contre les "violences policières"
Ces incidents se sont déroulés en fin de cortège où se trouvaient un millier de personnes portant notamment des capuches.@ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

Quelques incidents se sont déroulés en fin de cortège où se trouvaient un millier de personnes portant capuches et lunettes noires, alors que le reste de la manifestation était plutôt calme.

Quelques échauffourées ont éclaté dimanche à Paris entre des manifestants cagoulés et forces de l'ordre à Paris, lors d'une marche contre les "violences policières" organisée à l'appel notamment d'associations des droits de l'Homme et antiracistes, et de syndicats, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Deux gendarmes légèrement blessés. Deux gendarmes ont été légèrement blessés et transportés à l'hôpital à la suite de jets de projectiles, a indiqué la préfecture de police. Les forces de l'ordre ont riposté à des jets de cocktails Molotov par des tirs de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP. Sur le parcours, de l'immobilier urbain et les vitrines de deux établissements bancaires ont été dégradées. Selon des sources policières, des filtrages avaient permis de récupérer plusieurs projectiles et un sac de pavés cachés dans un bac à fleurs sur le parcours de la manifestation.

Le reste de la manifestation plutôt calme. Ces incidents se sont déroulés en fin de cortège où se trouvaient un millier de personnes portant capuches, cache-nez et lunettes noires, brandissant des drapeaux anarchistes et tirant de façon sporadique des fumigènes, alors que le reste de la manifestation était plutôt calme. Plusieurs milliers de personnes participaient à cette marche débutée après 14h30 la place de la Nation, dans l'est de la capitale, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : "Justice et dignité, stop à l'impunité policière" flanqué des portraits dessinés de 13 personnes, présentées comme victimes de la violence policière. La tête de cortège a rejoint vers 17h00 la place de la République où devaient se tenir plusieurs concerts jusqu'à minuit.