Quel dépanneur appeler un jour férié ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'avocat et expert d'Europe 1 explique comment éviter les arnaques en cas d'intervention d'urgence un jour férié.

Clé oubliée, fuite d'eau, problème électrique… Les petites galères du quotidien ne vous épargnent ni le soir, ni le week-end, ni les jours fériés ou ponts, comme c'est le cas ce week-end. Lors d'interventions de réparateurs dénichés à la dernière minute, la facture peut alors grimper de manière extravagante. Pas de panique : sur Europe 1, l'avocat Roland Perez vous indique la marche à suivre.

Quelle est la meilleure attitude à adopter ?

"Mieux vaut être très prévoyant", estime Roland Perez. Plutôt que d'aller sur internet en urgence, l'avocat préconise de se constituer un calepin de numéros au fur et à mesure, grâce au bouche-à-oreille, aux bons conseils des voisins, ou en se souvenant d'une entreprise dont on a déjà été satisfait. "Vous pouvez également faire le tour des réparateurs de votre quartier, en leur demandant s'ils ont un téléphone qui permet de les joindre le week-end et les jours fériés", ajoute Roland Perez, qui précise : "on peut même demander au commissariat de nous recommander de bons prestataires".

Peut-on faire confiance aux listes de numéros d'urgence ?

En attendant de se constituer ce petit calepin, que faire en cas d'urgence ? Mieux vaut se méfier des numéros glissés dans les boîtes aux lettres, prévient Roland Perez. "Vous n'avez le temps de pratiquer aucune concurrence et vous êtes totalement profane", rappelle l'avocat. "Si vous avez une fuite d'eau, vous ne savez pas si c'est un simple joint ou s'il faut changer le robinet."

Doit-on demander un devis ?

"A partir de 150 euros, c'est obligatoire", précise Roland Perez. Et toute réparation effectuée un jour férié risque de dépasser cette somme : "Il faut compter le déplacement, majoré le week-end, la main d'oeuvre, et le remplacement des pièces défectueuses", énumère l'avocat. Concernant les pièces à acheter, gare à la publicité mensongère : "Elle vous propose parfois une main-d'oeuvre gratuite, mais les pièces peuvent être facturées extrêmement cher". Roland Perez conseille également de payer par chèque - un moyen de paiement que le réparateur est contraint d'accepter-, et de demander une facture.

Que faire si l'on est victime d'une arnaque ?

Premier conseil : "il faut garder la pièce défectueuse, car en cas d'expertise, elle constitue une preuve", explique Roland Perez. L'avocat conseille ensuite d'appeler "Allô service public" au 39 39, et de demander la direction de la protection de la population. "Ceux qui ont mal agi avec vous ont mal agi avec un certain nombre de personnes, donc ils sont référencés", assure l'expert. "On pourra vous dire si vous pouvez poursuivre pénalement pour escroquerie ou abus de confiance, ou tout simplement demander le remboursement", conclut-il.