Quatre légères intoxications après un jet de cocktails Molotov à Rennes

  • A
  • A
Quatre légères intoxications après un jet de cocktails Molotov à Rennes
Quatre personnes ont été légèrement intoxiquées, ce vendredi matin à Rennes@ AFP
Partagez sur :

Quatre personnes ont été légèrement intoxiquées par des fumées après le jet de deux cocktails Molotov par une personne non identifiée, vendredi matin à Rennes.

Quatre personnes ont été légèrement intoxiquées par des fumées après le jet de deux cocktails Molotov par une personne non identifiée, vendredi matin à Rennes dans une école d'optique qui a dû être évacuée, a-t-on appris de sources concordantes.

56 personnes identifiées. Peu avant 9h15, une personne casquée s'est introduite dans l'école, a traversé le hall de l'école puis a jeté deux cocktails Molotov dans les locaux au rez-de-chaussée, provoquant un début d'incendie rapidement maîtrisé, a-t-on appris auprès des pompiers sur place. Deux pompiers et deux policiers ont été légèrement intoxiqués. A la suite de cet incident, 56 personnes présentes dans le bâtiment ont été évacuées et 30 autres confinées dans une salle de classe près des lieux où avait débuté l'incendie, a-t-on précisé de même source.

"Une lumière orange et des flammes". De nombreuses personnes ont été choquées, selon les pompiers."Un des cocktails a été lancé dans le couloir devant la porte de la salle de classe dans laquelle je me trouvais", a raconté Valentin, 21 ans, élève en deuxième année d'optique dans l'école. "Le cours était à 9 h, mais à 9h10 il n'avait pas encore commencé. Le professeur était dans le couloir. Un homme est arrivé avec un casque et a balancé un cocktail dans le couloir, à l'extérieur de la salle", a témoigné le jeune homme qui n'a pas entendu de détonation mais des bruits de bouteille. "J'ai vu une lumière orange et jaune et après des flammes, et j'ai compris que c'était sérieux", a-t-il ajouté.



L'auteur en fuite. "On est sortis par les fenêtres, et d'autres classes sont sorties", a-t-il dit, reconnaissant être "choqué". "Il aurait pu lancer ça dans notre classe et ça aurait pu faire plus de dégâts", a-t-il dit. Aucune indication n'était disponible sur les motivations de l'auteur du geste, qui a pris la fuite, peu de temps après les faits, dans une voiture. La piste terroriste est écartée et une enquête pour violence avec arme a été ouverte, a indiqué le parquet.