Propreté à Paris : Anne Hidalgo fustige l'incivisme

  • A
  • A
Propreté à Paris : Anne Hidalgo fustige l'incivisme
Anne Hidalgo répond aux critiques.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Accusée par l'opposition d'avoir délaissé la question de la propreté, la maire de Paris estime qu'il y a aujourd'hui un "problème culturel" et un "incivisme intolérable".

La maire de Paris Anne Hidalgo a fustigé lundi l'incivisme contre lequel elle a plaidé une "tolérance zéro" sur la question très polémique de la propreté dans la capitale, l'opposition l'accusant au contraire d'avoir "échoué à relever ce défi". La "propreté de Paris est l'affaire de tous", a martelé la maire PS devant le Conseil de Paris, à l'occasion d'un débat suivant la présentation de trois rapports sur le sujet et l'annonce de nouvelles mesures. "Cette ville est trop belle pour laisser les comportements inciviques prendre le pas", a lancé Anne Hidalgo.

Un problème culturel. La maire de Paris avait auparavant enfoncé le clou devant la presse : "Il y a un problème d'incivisme qui n'est plus tolérable. On peut dire que c'est la faute à untel ou untel, réclamer des moyens supplémentaires et on en met, mais il y a aujourd'hui un problème culturel". Contre les dépôts sauvages de poubelles ou de gravats industriels, les mégots jetés par terre, etc, la maire a annoncé une "tolérance zéro pour les gens qui salissent la ville", avec amendes et sanctions.

"Quatre ans après votre élection, on ne peut que constater que vous avez largement échoué à relever" ce défi, a accusé au contraire Eric Azière, président du groupe UDI-MoDem, en affirmant que "Paris n'a jamais été aussi sale". "Vos efforts pour tenter au dernier moment d'apparaître plus comme prescripteur que responsable, sont pathétiques", a ajouté l'élu en évoquant un "véritable coup de balai donné par les Parisiens" qui pourrait arriver aux municipales de 2020.

45 propositions. En présentant les 45 propositions, toutes acceptées, d'une Mission d'information et d'évaluation (MIE) des élus dont elle présentait le rapport, la cheffe de l'opposition LR Florence Berthout en a "fait une 46ème". "Celle de ne pas noyer le poisson avec la Seine et les rats qui remontent", a-t-elle dit, en assurant que "les Parisiens ne vous le pardonneraient pas". Éducation au civisme dans les écoles ou dans des comités de quartier, nouveaux pouvoirs aux maires d'arrondissement, achat de nouveaux matériels, plus de tournées d'éboueurs et accroissement de la lutte contre les "incivilités" dont les amendes vont de 68 à 1.500 euros, sont quelques-unes des mesures annoncées.

Un plan contre les punaises de lit. La Ville de Paris a décidé lundi de s'attaquer aux punaises de lit en lançant une campagne d'information et en mobilisant ses services pour lutter contre ces petites bêtes qui infestent des appartements de la capitale. Les bailleurs sociaux, qui viennent de voter un budget de trois millions d'euros pour lutter contre les punaises de lit, sont "mobilisés", a indiqué devant le Conseil de Paris Ian Brossat, adjoint PCF au logement de la maire PS de Paris.