Projet d'attentat : trois nouvelles arrestations dans l'Hérault

  • A
  • A
Projet d'attentat : trois nouvelles arrestations dans l'Hérault
Les trois nouveaux suspects ont été arrêtés mardi et mercredi (photo d'illustration)@ AFP
Partagez sur :

Après une première vague d'arrestation, trois nouveaux suspects ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attentat dans l'Hérault. 

Trois nouveaux suspects ont été arrêtés dans l'Hérault cette semaine dans l'enquête sur des soupçons de projet d'attentat pour lequel trois personnes, dont une adolescente de 16 ans, sont déjà sous les verrous, a-t-on appris jeudi de sources judiciaire et proche de l'enquête.

Identifié sur les réseaux sociaux. Comme l'a révélé Midi Libre, les trois hommes, âgés de 26, 30 et 48 ans, ont été arrêtés pour les deux plus âgés mardi et pour le plus jeune mercredi, a indiqué la source judiciaire. Une première série d'interpellations avait déjà eu lieu dans l'Hérault, visant un jeune homme de 20 ans, et sa petite amie de 16 ans, tous deux convertis à l'islam et radicalisés, ainsi qu'un homme de 33 ans, soupçonné d'avoir pu jouer un rôle de mentor auprès d'eux. Ils ont été mis en examen et écroués.

Dans l'appartement de Clapiers, près de Montpellier, où avait été arrêté le jeune homme originaire des Ardennes, les enquêteurs avaient retrouvé 71 grammes de TATP, un explosif artisanal puissant mais très instable, et du matériel pour en fabriquer. Le trio avait été identifié depuis plusieurs semaines en raison de son activisme sur les réseaux sociaux, notamment sur la messagerie cryptée Telegram, prisée des jihadistes. Mais aucun projet précis d'attentat, avec une cible déterminée et des actes préparatoires, n'avait pu être déterminé par les enquêteurs.

Un des suspects déjà arrêté puis relâché. D'après une source proche de l'enquête, les deux hommes arrêtés mardi étaient présents lors d'un rendez-vous avec le jeune homme de 20 ans arrêté plus tôt, au cours duquel le projet d'attentat a pu être envisagé. 

L'individu de 26 ans arrêté mercredi avait déjà été placé en garde à vue au début de l'enquête. Mais il avait été relâché au départ, faute d'éléments l'impliquant dans un éventuel projet d'attentat.