Procès Fiona : "Ils mentent, ils manipulent les gens !"

  • A
  • A
Partagez sur :

Nicolas Chafoulais, le père biologique de Fiona, déplore l'attitude de Cécile Bourgeon, son ex-compagne, et Berkane Makhlouf, qu'il accuse de "ne pas dire la vérité" et de "changer de version tous les jours". 

C'est la fin de deux semaines éprouvantes pour Nicolas Chafoulais. Deux semaines de procès desquelles il attendait beaucoup, et dont le père biologique de Fiona retiendra surtout une chose : qu'il ne "connaissait pas du tout" Cécile Bourgeon, son ex-compagne et mère de sa fille, Fiona, morte dans des conditions floues autour du 8-10 mai 2013. Cécile Bourgeon avait d'abord fait croire à l'enlèvement de la fillette, avant d'avouer sa mort quatre mois plus tard. Le sort réservé à la dépouille de l'enfant de 5 ans, enterrée en lisière d'une forêt ou jetée aux ordures, reste aussi une énigme. 

"Ils mentent, ils manipulent les gens". Jeudi soir, à la veille d'une dernière journée de procès consacrée au réquisitoire de l'avocat général et aux plaidoiries de la défense à Riom, dans le Puy-de-Dôme, Nicolas Chafoulais s'est confié, dégoûté mais peu surpris, sur la confusion permanente entretenue par Cécile Bourgeon et son ex-compagnon Berkane Makhlouf au cours de ce procès. "Ils mentent, ils ne disent pas la vérité, ils manipulent les gens, ils changent de version tous les jours. Des vérités, pendant les deux semaines, si on les écoutait, il y en a eues ! S'ils ne disent pas ce qu'ils ont fait à Fiona ni là où ils l'ont mise, c'est qu'il y a une raison", explique-t-il au micro d'Europe 1.

"Ce n'est pas son vrai visage, ça". Quant à la mère de Fiona, c'est bien simple, Nicolas Chafoulais dit ne pas la reconnaître. Ou plutôt, ne pas la connaître. "Ce n'est pas son vrai visage, ça. C'est juste une énième facette de sa personnalité, de la manipulation, pour la faire passer pour une bonne mère, pour une femme qui serait presque victime de son compagnon, ce qui n'est pas le cas", dit-il d'abord. "Je me rends compte que je ne la connaissais pas du tout. J'avais un peu d'espoir en arrivant lundi, mais de toute façon, elle a montré qu'elle n'était pas déterminée à dire ce qu'il s'était passé ni où était la petite".