Privés pendant trois ans de leur fille, des parents demandent réparation à la justice

  • A
  • A
Partagez sur :

En 2012, les parents de Louna ont été accusés de maltraitance. La petite fille souffrait en fait d'une maladie rare.

Ils avaient été accusés à tort de maltraitance sur leur petite fille. Les parents de la petite Louna, âgée aujourd'hui de 5 ans, vont demander réparation aux trois experts médicaux qui étaient intervenus dans son dossier. En février 2012, Louna avait été signalée aux services sociaux pour des bleus sur le corps. Sa maman, Sabrina, avait alors expliqué qu'elle était elle-même atteinte d'une maladie orpheline rare : l'angioedème, qui provoque des hématomes sur la peau. Les magistrats avaient alors demander à des experts de vérifier ce point. Les experts avaient négligé de le faire et conclu à la maltraitance des parents sur l'enfant. Louna avait été placée aussitôt en famille d'accueil.

"Ils n'ont pas fait la prise de sang". Pendant plus de trois ans, les parents ont ainsi été privés de leur fille. "On leur reproche (aux experts) de ne pas avoir fait la prise de sang qui aurait diagnostiqué la pathologie de notre fille", souligne Yohan, le père de la fillette. "Ils ont tous les trois conclu à des coups portés volontairement. Si cette prise de sang avait été faite, elle aurait montré que notre fille était porteuse de l'angioedème et cela nous aurait tout de suite innocenté".

"On ne l'a pas vu grandir". "On ne l'a pas vu grandir, on n'a pas su son premier mot, on ne l'a pas vu marcher, on n'a pas fait sa première rentrée d'école avec elle… pendant trois ans et demi on nous a enlevé notre fille", déplore encore sa mère, Sabrina.

Une réparation financière. Relaxés en 2015, les parents qui vivent aujourd'hui près de l'hôpital de Grenoble, le seul en France où l'on soigne cette maladie, attendent donc des experts une reconnaissance de leur faute et une réparation financière du préjudice pour que ce genre d'injustice ne se reproduise plus.