Prise d'otages à Paris : l'auteur interpellé, les otages sains et saufs

  • A
  • A
Partagez sur :

L'homme qui a pris en otage une personne mardi dans un immeuble du 10e arrondissement de Paris a été interpellé, a annoncé la préfecture de police. 

L'homme qui retenait une personne depuis le milieu d'après-midi mardi dans le 10e arrondissement de Paris pour des motivations indéterminées a été interpellé et placé en garde à vue. L'otages a été libéré et est sain et sauf, a annoncé la préfecture de police.

Le forcené retranché depuis 16 heures. "Un otage a été libéré, a précisé la préfecture de police. Le forcené était retranché depuis 16 heures dans un immeuble d'une rue animée du centre de Paris et les policiers de la brigade anticriminalité (BRI) ont donné l'assaut peu avant 20 heures. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a salué sur Twitter "le professionnalisme" et "la réactivité" des forces de police et de secours. 



Un périmètre de sécurité avait été installé et policiers et pompiers déployés. Des négociations avaient été entamées avec le forcené. Des parents venus chercher leurs enfants dans une crèche située dans cette rue ont néanmoins été autorisés à entrer dans le périmètre. Plusieurs dizaines de personnes qui se trouvaient dans le périmètre ont par ailleurs été évacuées par les forces de l'ordre dans le calme.

Des motivations encore floues. Selon nos informations, il s'agirait d'un homme né au Maroc, âgé de 26 ans. D'après les premiers éléments de l'enquête, "il pourrait s'agir d'un déséquilibré aux motivations encore floues", a expliqué une source policière. Pendant les négociations avec la BRI, l'homme a par exemple fait référence à l’État islamique d’Iran mais aussi à l'affaire Merah, ou encore l’affaire Maëlys.

Après la libération de l'otage, le parquet de Paris a ouvert une enquête des chefs d'enlèvement et séquestration sans libération volontaire avant le septième jour, violences avec arme, détention d'arme, menace de crime ou de délit, tentative d'homicide volontaire. Elle a été confiée au deuxième district de police judiciaire. 


Mise à jour de mercredi

Le mis en cause a été transféré dans la nuit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. Sa garde à vue a par conséquent été levée, selon les informations d'Europe 1.