Pourquoi les forains bloquent l'accès à la capitale

  • A
  • A
Pourquoi les forains bloquent l'accès à la capitale
Lundi, les forains ont bloqué la circulation à l'aide de leurs camions et ont eux-mêmes été bloqués par les fourgons de CRS.@ AFP
Partagez sur :

Lundi, les forains ont bloqué plusieurs axes routiers d’Ile-de-France en multipliant les opérations escargot. Ils entendaient protester contre la suppression du marché de Noël sur les Champs-Élysées.

Cela faisait plusieurs jours qu’ils menaçaient de perturber la circulation aux abords de Paris. Lundi matin, les forains sont passés à l’action en bloquant trois axes routiers d’Ile-de-France pour protester contre la suppression du marché de Noël sur les Champs-Élysées. Résultat : une dizaine de kilomètres de bouchons sur l’A4, l’A13 et la N118.

Malgré trois rencontres infructueuses la semaine dernière entre les forains et les autorités, chaque partie continue de camper sur ses positions. Emmenés par le leader du secteur Marcel Campion, les forains promettent de renouveler les opérations escargots si la mairie de Paris ne cède pas. Lundi matin, la mairie de Paris a condamné ces agissements en affirmant que "le chantage [n’était] pas une méthode". "Nous n’avons pas changé de position, [la décision de supprimer le marché de Noël] a été prise à l’unanimité par le conseil de Paris en juillet", poursuit la mairie dans une déclaration.

La mairie souhaite un marché de Noël "plus écolo". À l’origine du bras de fer entre les forains et la Ville de Paris : une décision votée en juillet dernier par le Conseil de Paris qui a acté la non-reconduction de la convention d’occupation du domaine public signé en 2015 avec la SARL Loisirs Associés de Marcel Campion, arrivée au terme de ses deux premières années. En cause, selon la mairie, "la qualité médiocre des animations et des produits vendus".

"Nous souhaitons avoir un marché de Noël plus écolo avec des produits plus accessibles et locaux", explique au micro d’Europe 1 David Belliard, président du groupe écologiste au Conseil de Paris. "Aujourd’hui le marché est plutôt un piège à touristes avec des produits très chers et qui ne respectent pas du tout des critères environnementaux ou sociaux", poursuit l’élu qui souhaite voir les Parisiens revenir sur les Champs-Élysées.  

Selon un document consulté par BFM en juin 2017, la mairie de Paris projette de remplacer le marché de Noël des Champs-Élysées par "des événements attractifs et innovants, de nature à valoriser les Champs-Élysées dans une dimension culturelle et esthétique en adéquation avec ce site d’exception".

De multiples différends. Crée en 2008, le marché de Noël des Champs-Élysées concerne 240 commerçants et au moins 2.000 emplois. "On nous supprime deux à trois mois de salaire, on a des crédits, des enfants et aucune possibilité de nous retourner", explique à l'AFP Alexandre, un forain de 28 ans. La colère des forains va plus loin que la simple suppression du marché de Noël. En toile de fond : la fin du monopole forain sur les manifestations festives et une ordonnance qui depuis avril dernier oblige les municipalités à lancer des appels d'offre. La suppression du marché de Noël cristallise nombre de griefs des forains. Lundi matin au micro d'Europe 1, ils exprimaient leur inquiétude quant à l'avenir de la Foire du Trône que la mairie du 12e arrondissement prévoirait, selon eux, de réduire de moitié pour faciliter les accès aux espaces verts. 

Franceinfo rappelle également que la suppression du marché de Noël des Champs-Élysées intervient au même moment que l’annulation des Jours de fête au Grand Palais, qui se déroulent tous les deux ans. La mairie de Paris a aussi fait le choix d'annuler la fête foraine de la Bastille. Une décision prise "sans explication", fustige Marcel Campion dans Le Parisien. Des annulations en cascade qui provoquent la colère de Marcel Campion contre Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris, qu’il a pourtant soutenue en 2014. "Aujourd’hui plus rien", lâche-t-il au Parisien

Un recours en référé ? Samedi, le préfet de police Michel Delpuech a indiqué que "la décision de la ville de Paris, sauf à ce qu’un juge en décide autrement, a force exécutoire. Les forains et commerçants qui pensent installer le marché de Noël doivent s’y conformer". De son côté, la société de Marcel Campion a d’ores et déjà "introduit un recours au fond, devant le tribunal administratif de Paris". Lundi matin, Marcel Campion , n’excluait pas la possibilité de faire un référé pour solliciter en urgence du juge la suspension de la décision municipale.

Les forains n'excluent pas de nouvelles actions mardi, et tenter de faire plier la mairie, inflexible face à leur leader Marcel Campion.