Pour l'avocat d'Abdelkader Merah, "les juges ont résisté à la pression de l'opinion publique"

  • A
  • A
Pour l'avocat d'Abdelkader Merah, "les juges ont résisté à la pression de l'opinion publique"
@ Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Me Eric Dupond-Moretti, un des avocats du frère de Mohamed Merah, s'est félicité que la cour n'ait pas retenu la complicité d'assassinat contre son client. 

Un des avocats d'Abdelkader Merah, Eric Dupond-Moretti, s'est félicité que les juges aient "résisté à la pression de l'opinion publique" après la décision de la cour de ne pas reconnaître son client complice des assassinats perpétrés en mars 2012 par son frère djihadiste. "En acquittant Abdelkader Merah du crime de complicité d'assassinats, la cour d'assises a rappelé que même dans les affaires de terrorisme les plus graves, la preuve et la règle de droit n'étaient pas reléguées au rang d'accessoires", a-t-il déclaré à sa sortie de l'audience, sous les huées.

Me Dupond-Moretti a ajouté qu'il étudierait, avec son client, la possibilité "ou non" de faire appel. Abdelkader Merah a été condamné à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste. Son frère, Mohamed Merah, a été tué le 22 mars 2012 dans l'assaut de l'appartement où il s'était retranché après avoir abattu trois militaires, trois écoliers de l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse et le père de deux d'entre eux, les 11, 15 et 19 mars.

"Justice a été rendue", pour un des avocats de victimes. Un des avocats de victimes de Mohamed Merah, Patrick Klugman, a estimé de son côté que "justice a été rendue". "Justice a été rendue et nous respectons la justice car c'est la justice que nous attendions", a déclaré l'avocat à la sortie de la salle d'audience, tout en "regrettant que la cour n'ait pas été au terme de sa propre démarche", car "il était possible sereinement, juridiquement de condamner l'accusé pour la complicité d'assassinats".