Plusieurs centaines de personnes manifestent à Paris pour les droits des sourds

  • A
  • A
Plusieurs centaines de personnes manifestent à Paris pour les droits des sourds
Plus de cinq millions de personnes en France souffrent d'un handicap auditif moyen à sévère. Image d'illustration. @ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Les manifestants ont réclamé "une réelle égalité des droits", alors que plus de cinq millions de personnes souffrent d'un handicap auditif moyen à sévère en France.

Plusieurs centaines de sourds et malentendants ont manifesté samedi à Paris à l'appel du collectif "Ensemble Contre la sous-citoyenneté des Sourds" (ECSCS), "révoltés" que leurs droits "ne soient pas respectés" à cause de leur différence.

Avec tambours et klaxons, portant des drapeaux français, des cocardes tricolores ou des bonnets phrygiens, les manifestants se sont rassemblés sur la place de la République, avant de partir un peu avant 15h en direction de la place de la Bastille.



Les manifestants réclament "une reconnaissance citoyenne". Difficultés d'accès à l'éducation, au travail ou aux services publics, médias très peu traduits en langue des signes : les manifestants et quelques "entendants" venaient ainsi dénoncer les "nombreux dysfonctionnements" de la société, réclamer une "réelle égalité des droits", mais surtout une "reconnaissance citoyenne", ne souhaitant plus être "considérés comme des handicapés", a expliqué Fernand Macanjo, porte-parole du collectif ECSCS.

"Je suis une personne, pas une oreille", "auxSignes, citoyens", "les sourds peuvent tout faire sauf entendre", proclamaient les pancartes brandies par des manifestants souvent vêtus de T-shirts aux initiales de la Langue des signes française, la LSF. Sur un char, à l'avant du cortège, un homme déguisé en chirurgien tenait enchaînés une quinzaine de personnes à pied, aux mains entravées, en criant: "je leur interdis de 'signer', il faut qu'ils parlent !" "Ce rassemblement est un réveil de la communauté sourde, trop longtemps opprimée", a expliqué Fernand Macanjo.

"Nous ne sommes pas des malades". "On veut constamment nous réparer, mais nous ne sommes pas des malades ! Notre vie n'a pas à être dictée par le ministère de la Santé", a-t-il poursuivi, dénonçant notamment le dépistage "trop précoce" et "l'implantation cochléaire (appareillage) systématique" des enfants, avec un "taux d'échec considérable".

"À l'école, les instituteurs qui enseignent la LSF n'ont pas un niveau suffisant", a-t-il aussi jugé, critiquant la "fermeture des classes bilingues" et réclamant "le droit, pour chaque enfant, d'apprendre dans sa langue naturelle".

L'ECSCS a écrit au président Emmanuel Macron pour réclamer notamment une "refonte" de la loi Handicap de 2005, un "meilleur accès à l'information", via une chaîne 100% dédiée ou encore un interprète dans chaque administration. Plus de cinq millions de personnes souffrent d'un handicap auditif moyen à sévère en France, environ 300.000 ayant des limitations très graves ou totales, selon des estimations du ministère de la Santé.