Perpignan : un journal local condamné pour "discrimination" envers les gitans

  • A
  • A
Perpignan : un journal local condamné pour "discrimination" envers les gitans
Partagez sur :

L'auteur des articles incriminés a été condamné à six mois de prison ferme au total et le directeur de publication à deux mois de prison ferme au total.

Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné à de la prison ferme le directeur de la publication et un rédacteur de l'hebdomadaire local Le Petit Journal catalan pour "discrimination" envers les gitans, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

"Provocation à la haine et à la discrimination". "Dix ans après les émeutes...", "A quoi servent les Gitans de Perpignan?" demandait la une du journal local du 14 août 2015, en référence aux violences qui avaient éclaté entre communautés maghrébine et gitane après le meurtre d'un jeune d'origine maghrébine en 2005. A l'intérieur du journal se trouvait un dossier de trois pages illustré de photos sur le quartier gitan de Saint-Jacques, situé dans le coeur historique de Perpignan.

Le Comité d'animation de la Place du Puig, ainsi que l'association des commerçants de Cassanyes, dans ce quartier, mais aussi la Ligue des droits de l'Homme s'étaient constitués parties civiles à l'audience fin janvier. Dans son délibéré rendu jeudi soir, le tribunal a reconnu les deux sexagénaires coupables de "provocation à la haine et à la discrimination" et leur a infligé une peine de prison ferme, "rarissime, au regard des multiples antécédents judiciaires", selon une source proche du dossier.

20.000 euros d'amende chacun. L'auteur des articles incriminés a été condamné à six mois de prison ferme au total et le directeur de publication à deux mois de prison ferme au total, des peines plus lourdes que celles requises par le ministère public mais qui ont la possibilité d'être aménagées auprès d'un juge d'application des peines, a-t-on appris de sources judiciaires. En outre, les deux hommes ont été condamnés à 20.000 euros d'amende chacun et devront verser entre 1.500 et 2.000 euros de dommages et intérêts à chacune des parties civiles.