Pèlerinage de Lourdes : "Tout est fait pour sécuriser les lieux"

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, la préfète des Hautes-Pyrénées, Béatrice Lagarde, a détaillé les moyens mis en oeuvre pour sécuriser les pèlerinages du 15 août à Lourdes.

Malgré le climat tendu et le meurtre d'un prêtre à Saint-Étienne-du-Rouvray fin juillet, le pèlerinage catholique de l'Assomption, le 15 août à Lourdes, qui doit réunir plusieurs dizaines de milliers de fidèles, a bien été autorisé. "Le choix qui a été fait a été de ne pas interdire l'événement, y compris la procession, y compris les rites attachés à ce lieu de pèlerinage, parce que c'est quand même le droit des fidèles d'accéder à ce lieu. En revanche, tout est fait pour sécuriser les lieux", explique Béatrice Lagarde, préfète des Hautes-Pyrénées, invitée de la matinale d'Europe 1 mardi.

Le sanctuaire bouclé. Les basiliques, la fameuse grotte de Massabielle, où Bernadette Soubirous aurait vu la Vierge au milieu du 19ème siècle, tout le sanctuaire est bouclé jusqu'au mardi 16 août. En temps normal, les 52 hectares du domaine sont accessibles par douze portes. Désormais, pour filtrer les entrées, trois seulement sont ouvertes et les sacs sont systématiquement fouillés. Les poubelles ont également été remplacées par des sacs plastiques transparents et les rues alentours deviennent piétonnes le midi et le soir pour sécuriser et rassurer les visiteurs.

Des événements adaptés. La messe du 15 août, qui réunit chaque année 25.000 personnes, aura lieu normalement, mais plusieurs événements ont été modifiés ou adaptés. La procession d'ouverture, qui part habituellement de la ville haute, sera par exemple confinée au cœur du sanctuaire, à l'intérieur du périmètre sécurisé. 

De nombreux policiers mobilisés. Pour assurer la sécurité de l'événement, différentes forces de sécurité seront mobilisées. "Sur l'ensemble de la période, du 11 au 24 août, 249 effectifs des forces mobiles seront mobilisés", annonce la préfète. "Du 11 au 16 août, nous aurons 163 effectifs mobilisés et du 17 au 23 août, 123", détaille-t-elle. "À cela, il faut rajouter une équipe de démineurs, une équipe cynophile, deux équipages de la brigade anti-criminalité, deux formations motocyclistes urbaines et des militaires avec 27 effectifs", poursuit-elle. Le GIGN et le Raid effectueront également une reconnaissance des lieux.

Des fidèles de Saint-Étienne-du-Rouvray en pèlerinage. Après l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, certains fidèles de la paroisse du Père Hamel seront présents à Lourdes. "On va être encore plus dans la prière. Prier énormément pour lui", explique Annick. "Depuis qu'il est parti, surtout d'une façon si atroce, il ne quitte pas beaucoup nos pensées. C'était un homme qui était très humain", poursuit-elle. "Moi, je ne le connais que depuis deux ans, mais je veux aller à Lourdes pour renforcer ma foi. On a tous besoin de beaucoup de prières, de prier pour les autres et pour lui", avance-t-elle. "Il ne faut pas céder au chantage et à toutes ces menaces. On est catholique, il y a un pèlerinage qui est prévu, on fait le pèlerinage."