Pédophilie : le cardinal Barbarin reconnaît "des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres"

  • A
  • A
Pédophilie : le cardinal Barbarin reconnaît "des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres"
Le cardinal Barbarin est visé par plusieurs plaintes pour non-dénonciation d'agressions sexuelles, la plupart en marge de l'affaire du père Preynat, mis en examen fin janvier.@ ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Partagez sur :

Le cardinal Barbarin, visé par plusieurs plaintes, a reconnu "des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres", lundi, après une réunion avec 220 prêtres de son évêché. 

Le cardinal Barbarin a reconnu que le diocèse de Lyon avait commis "des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres", selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion du clergé lyonnais sur le sujet.

"Nous avons manqué à nos obligations de recherche de la vérité". 220 prêtres ont participé à cette réunion à huis clos, au cours de laquelle une victime du père Preynat, mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles sur des scouts il y a plus de 25 ans, est venue donner son témoignage, selon la même source. "Le cardinal a notamment reconnu que le diocèse avait commis des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres", a souligné le communiqué.

"Il est apparu que, dans la connaissance de certains faits, on n'avait pas tous les éléments. Nous avons manqué à nos obligations d'investigation, de recherche de la vérité", a souligné lors d'une conférence de presse à l'évêché Yves Baumgarten, vicaire général modérateur du diocèse. Interrogé sur d'éventuels appels à la démission du cardinal, le vicaire a répondu que certains prêtres étaient favorables à une mise en retrait le temps des enquêtes judiciaires, mais que la grande majorité d'entre eux était favorable à la poursuite de la mission de l'archevêque.

"Déresponsabilisé". Selon l'association de victimes "La Parole Libérée" qui a permis de délier les langues , "quand on voit ce qu'ont déclaré des prêtres (devant les caméras avant la rencontre lundi, ndlr) c'était comme si des collègues se retrouvaient et faisaient des blagues de pédophilie de bon ton", a déploré Alexandre Dussot, l'un de ses porte-paroles.  "Le cardinal a reconnu des petites erreurs du diocèse et pas de lui ? Il y a une déresponsabilisation totale de Philippe Barbarin," a -t-il aussi vivement regretté.

Mgr Barbarin, parmi d'autres responsables religieux, est visé par deux enquêtes pour non-dénonciation d'agressions sexuelles.

Une cellule d'écoute. Le diocèse a annoncé la mise en place d'une cellule d'écoute et d'un collège d'experts, déclinaison locale d'une série de mesures lancées mi-avril par l'Église catholique de France afin de faire la lumière sur la pédophilie dans ses rangs, y compris sur les faits les plus anciens.