Pédophilie : cinq ans de prison requis contre un jésuite adepte de "massages sensuels"

  • A
  • A
Pédophilie : cinq ans de prison requis contre un jésuite adepte de "massages sensuels"
Le religieux s'était dénoncé sur pression de sa hiérarchie en avril 2008 dans une lettre au parquet. Image d'illustration.@ AFP
Partagez sur :

L'avocate générale du tribunal de Grenoble a requis mercredi cinq ans de prison, dont deux ferme, à l'encontre du Père Dominique Peccoud, jugé en appel pour atteintes sexuelles sur mineurs.

Cinq ans de prison, dont deux ferme, ont été requis mercredi à l'encontre du Père Dominique Peccoud, 70 ans, jugé en appel à Grenoble pour atteintes sexuelles sur mineurs, mais qui n'a reconnu que des "massages sensuels".

"Ils me mettaient sur un piédestal". "Je n'ai jamais voulu avoir de contacts sexuels avec ces enfants. Ils me mettaient sur un piédestal, ils n'arrivaient plus à m'aborder avec la moindre simplicité. J'attendais (de ces massages) qu'on puisse avoir des relations plus simples", a déclaré à la barre le jésuite, ancien conseiller du directeur général du bureau international du travail (1996-2007). Le religieux, qui s'était dénoncé sur pression de sa hiérarchie en avril 2008 dans une lettre au parquet, a été condamné à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Grenoble, en mars 2015, pour des atteintes sexuelles sur trois mineurs. Le parquet a fait appel.

Une dizaine de cas évoqués. Mercredi, l'avocate générale a requis une peine de cinq ans de prison, dont deux ans ferme, assortie d'une interdiction définitive d'exercer une activité en contact avec des mineurs. "Caresser les testicules d'un enfant qu'on a baptisé, je ne pense pas qu'on vous l'enseigne dans vos pratiques religieuses", a relevé la magistrate, critiquant les réponses "pitoyables" du prévenu qui "accuse et dénigre les victimes". Au total une dizaine de cas d'adolescents ont été évoqués, dont celui du neveu de Dominique Peccoud, Paul Chabre, 45 ans, qui accuse son oncle de multiples viols et agressions sexuelles dans les années 80 et 90. Ces faits sont toutefois prescrits.

Le prévenu a lui évoqué avec beaucoup d'assurance des "fantasmes" et des "allégations" qui ne sont "pas de l'ordre du réel". Ancien directeur des études de l'école Sainte-Geneviève de Versailles (1975-1982) et ancien directeur de l'école supérieure d'agriculture de Purpan à Toulouse (1982-1990), Dominique Peccoud est retraité à Grenoble depuis 2008 où il a rejoint une communauté jésuite.