Pauvreté : "Ça fait mal quand vos enfants ont pitié de vous"

  • A
  • A
Pauvreté : "Ça fait mal quand vos enfants ont pitié de vous"
@ REUTERS
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Alors que l'Unicef publie un rapport sur les enfants pauvres, victimes de la crise, un père de famille témoigne sur Europe 1.

440.000 enfants pauvres de plus en France. C'est l'alarmante estimation pointée mardi par l'Unicef dans son rapport "Les enfants de la récession" qui s'intéresse à la situation des enfants dans les 41 pays riches. Ainsi, entre 2008 et 2012, le taux de pauvreté des enfants en France est passé de 15,6% à 18,6%. De plus en plus d'enfants grandissent dans un foyer confronté au chômage, souligne aussi le rapport. Un journaliste d'Europe1 a rencontré, dans l'Est de la France, un père de famille dans l'incapacité d'avoir un toit pour ses enfants à cause de ses difficultés.

>> LIRE AUSSI - Pauvreté : ces préjugés ont la vie dure



L'accident du travail et la bascule. Jean-Paul ne peut pas vivre avec ses trois enfants. Eux vivent en foyer tandis que lui même habite dans une chambre de 9m2. Père célibataire, Jean-Paul était jusqu'en 2010 un électricien avec bon salaire. Et puis, il y a eu cet accident du travail suivi d'une longue hospitalisation. Depuis, "à cause de la crise" dit-il, pas moyen de retrouver un travail.

Ce jour-là, c'est dans un appartement mis à leur disposition quelques heures par semaine par la fondation d'Auteuil qu'il retrouve sa fille. Une façon de faire comme si le papa pouvait offrir un toit à ses enfants.



   Pauvreté : "Ça fait mal quand vos enfants...par Europe1fr

Le regard des enfants. "Le plus difficile, pour moi, c'est le regard des enfants. Leur regard change et cela devient de la pitié", a confié Jean-Paul au micro d'Europe1 en ajoutant : "ça fait mal quand vos enfants ont pitié de vous".

La "pudeur" et la "souffrance". Lui font-ils des réflexions ? "Ils ne disent rien, ils ont la pudeur de ne pas en parler", explique Jean-Paul qui culpabilise au sujet de sa fille "en grande souffrance morale et physique". "Ma fille est sous soins psychiatriques, et ça c'est très dur car quelque part on enlève tout l'espoir des enfants", raconte-il.

"Inhumain". Mes trois enfants disent : "jamais de la vie je n'aurai des enfants. Pour eux, être enfant aujourd'hui, c'est pas bien", dit-il encore avant d'ajouter un sanglot dans la voix : "un enfant qui vous dit ça, c'est inhumain".

A ce moment de la conversation, la fille de Jean-Paul qui n'a pas voulu témoigner s'approche et serre son père dans ses bras.