Pas assez d'éducation sexuelle à l'école : "C'est un mauvais procès"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les séances d'éducation sexuelle prévues par la loi ne seraient pas systématiquement organisées à l'école, selon un rapport. "Pas si simple", rétorque Philippe Tournier, du SNPDEN UNSA.

INTERVIEW

"L'éducation à la sexualité doit contribuer, dès le plus petit âge, à détruire stéréotypes et préjugés" mais "nous sommes loin du compte". Dans son rapport annuel sur les droits de l'enfant, publié lundi, le Défenseur des droits Jacques Toubon a regretté que la loi de 2001, qui prévoit dans les écoles, les collèges et les lycées au moins trois séances annuelles d'éducation à la sexualité, ne soit pas systématiquement appliquée dans les établissements scolaires. 

"D'où sortent ces chiffres ?". Pour Philippe Tournier, secrétaire général du Syndicat des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN UNSA), accuser l'école n'est pas justifié. "C'est un mauvais procès" que l'on est en train d'intenter à l'Education nationale. "Non pas que tout soit parfait et qu'il ne faille rien réformer", nuance-t-il dans Europe 1 Bonjour. Selon l'enquête du Défenseur des droits, menée auprès de 3.000 établissements scolaires (publics et privés), 25% des écoles répondantes (contre 4% des collèges et 11,3% des lycées) déclaraient n'avoir mis en place aucune action ou séance en 2014-2015. "Je ne sais pas d'où sortent ces chiffres. D'autres chiffres disent 10%", a balayé Philippe Tournier.

Aller au-delà d'un discours sur les MST et la grossesse. Le secrétaire général du SNPDEN UNS consent à dire qu'aujourd'hui encore, l'éducation sexuelle à l'école est "davantage tournée vers des questions sanitaires et biologiques". "Prévention des grossesses précoces, lutte contre les MST, rappeler aux élèves que l'épidémie de Sida n'est pas terminée…", illustre-t-il. "Ce que dit le Défenseur des droits, c'est qu'il faudrait aller plus loin en intégrant cela dans une éducation plus globale", en évoquant notamment les questions d'égalité homme/femme, de consentement ou de harcèlement. Une démarche à laquelle s'associerait volontiers Philippe Tournier, mais "ce n'est pas si simple". 

Entendu sur Europe 1
C'est totalement illusoire de croire que l'école, toute seule, va régler les problèmes que la société ne veut pas régler

S'intégrer à une démarche globale. "Je rappelle qu'à chaque fois que l'école a voulu aller plus loin sur ces questions, elle a été l'objet de très violentes campagnes de presse. Je rappelle les ABCD de l'égalité, l'enseignement du genre dans les programmes de 1ère. Dès qu'on veut aborder la sexualité au-delà de la question biologique et sanitaire, il n'y a pas de consensus en France aujourd'hui", note-t-il. "L'école peut être efficace sur ces questions si elle s'intègre dans une démarche globale de la société. C'est totalement illusoire de croire que l'école, toute seule, va régler les problèmes que la société ne veut pas régler. Rien n'assure que parce qu'un élève aura eu un cours à 14 ans, il ne sera pas un harceleur sexuel 30 ans plus tard". 

Pour Philippe Tournier, "il y a urgence à ce que la société française en général aborde cette question dans un climat plus serein qu'aujourd'hui."