Paris : la mairie souhaite chasser la Grande roue de la Concorde

  • A
  • A
Paris : la mairie souhaite chasser la Grande roue de la Concorde
La Grande Roue de la place de la Concorde fait partie du paysage parisien depuis 2000.@ AFP
Partagez sur :

Les conseillers de Paris doivent s'exprimer sur la non-reconduction de la convention accordée à Marcel Campion, propriétaire de la Grande roue. 

La mairie de Paris envisage de chasser la Grande Roue de la place de la Concorde "d'ici l'été 2018" et soumettra un voeu au Conseil de Paris en ce sens le 20 novembre, a-t-elle indiqué jeudi. 

"D'ici l'été 2018". "Il y a un an, les conseillers de Paris ont adopté un voeu pour que l'installation de la Grande Roue sur la place de la Concorde soit remise en débat à l'automne 2017. Nous y sommes. L'exécutif municipal tiendra parole en organisant ce débat lors du Conseil de Paris du 20 novembre. Il soumettra à cette occasion un voeu aux conseillers de Paris, qui prévoit de mettre un terme à l'installation de cette Grande Roue d'ici l'été 2018", a expliqué la Ville de Paris, confirmant une information révélée jeudi matin par RTL

Un sujet polémique. Si ce voeu est adopté par les conseillers de Paris, l'attraction sera supprimée lorsque la convention de deux ans, accordée à son propriétaire Marcel Campion, arrivera à son terme, soit en mai 2018.

La Grande Roue s'est inscrite depuis 2000 dans le paysage parisien mais fait toujours polémique, sur le lieu de son installation comme sur la personnalité très controversée de Marcel Campion.

Cette annonce intervient alors qu'en juillet, le Conseil de Paris avait déjà voté à l'unanimité la non reconduction, sous sa forme actuelle, du Marché de Noël des Champs-Élysées, également créé en 2008 par Marcel Campion.

Les forains ont mené plusieurs opérations escargot ces derniers jours autour de Paris pour dénoncer la suppression de leur marché de Noël sur les Champs-Élysées et tenter de faire plier la mairie. Mais pour la Mairie de Paris, il n'y a "aucun lien" entre les deux sujets, et il ne s'agit "pas du tout" d'une attaque contre les forains, la suppression de la Grande Roue ayant déjà été débattue "bien avant" l'affaire du marché. 

"Il s'agit de restaurer la perspective visuelle historique qui relie l'Arc de Triomphe au Louvre, tout en facilitant la circulation des piétons dans ce secteur très touristique", a-t-elle conclu.