Des élèves de 6e soupçonnés d'attouchements sexuels à Paris

  • A
  • A
Des élèves de 6e soupçonnés d'attouchements sexuels à Paris
Le lycée-collège Montaigne à Paris.@ PIERRE VERDY / AFP
Partagez sur :

Six élèves, âgés de 10 à 11 ans, scolarisés au lycée Montaigne, à Paris, sont suspectés d'attouchements sexuels sur des fillettes de leur classe.

Ils sont seulement âgés de 10 et 11 ans et sont suspectés d'attouchements sexuels sur des fillettes de leur classe. Des élèves du très chic collège Montaigne, à Paris, sont passés lundi devant le conseil de discipline, révèle Le Parisien. Deux d’entre eux "ont été exclus définitivement avec sursis", précise le rectorat en charge du dossier. Une sanction qui signifie que ces deux élèves, présentés comme les "leaders", seront exclus au prochain écart de conduite. Un autre, considéré comme un "suiveur", a été exclu temporairement et les deux derniers ont écopé de travaux d’intérêt pédagogique. Outre ces procédures internes, deux mains courantes ont été déposées au commissariat par des parents d'élèves "inquiets et en colère".

"Les garçons dans la cour, ils regardent du borno". Les collégiens sont suspectés d'avoir coincé les filles dans les toilettes pour les tripoter. Durant les récréations, les six jeunes garçons se seraient amusés à regarder des vidéos pornographiques sur YouPorn, une plateforme proposant des films pour adultes gratuits. Certains élèves, dotés d’un iPhone 6 "regardent à la récré des vidéos sur YouPorn", s’étrangle un père d’élève, contacté par Le Parisien.

La situation a fini par remonter aux oreilles de parents d'élèves. Une fillette de sixième a ainsi confié à ses parents en rentrant de l'école : "Maman, les garçons dans la cour, ils regardent du borno (sic)", rapporte le même père.

Attouchements et propos obscènes. Le 10 avril dernier, une mère d'élève, effarée par ce que sa fille lui avait confié, a donc alerté le proviseur et le rectorat. Elle décrit dans un courrier une "situation d’insécurité physique et psychologique dans laquelle se trouvent les filles de la classe en raison d’attouchements (seins, fesses et vulve) et de propos obscènes de la part de certains garçons". Des parents d'élèves ont par ailleurs déposé deux mains courantes au commissariat.

Une association interviendra dans le collège. Plusieurs familles ont saisi les fédérations de parents d’élèves. Aujourd'hui, Dominique Caillard, de la FCPE, se dit "effarée que ça arrive en classe de 6e". Et d'ajouter : "nous avons fait remonter le problème au dernier conseil d’administration". Armelle Malvoisin, présidente de la PEEP Montaigne, l’autre fédération de parents, "a demandé à deux reprises en conseil d’administration à ce que l’usage des téléphones portables soit interdit au sein du collège Montaigne, comme cela se fait dans de très nombreux collèges publics parisiens." Le rectorat précise, de son côté, qu’une association va intervenir au collège pour des séances de prévention autour de la relation fille-garçon.