Paris-2024 lance sa "campagne nationale" à Marseille à un an du vote

  • A
  • A
Paris-2024 lance sa "campagne nationale" à Marseille à un an du vote
Marseille devrait accueillir les épreuves de voile et de football@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Marseille est déjà sur les rang pour soutenir la candidature des Jeux olympiques de 2024.

Le comité de candidature de Paris pour les Jeux olympiques 2024 a lancé mardi à Marseille une "campagne nationale" de sensibilisation, "à un an d'une date qui peut être historique pour la France", selon son co-président Tony Estanguet.

Un dossier solide. "Nous sommes à Marseille pour donner une dimension nationale" à la candidature de Paris, a dit Estanguet sur la pelouse du stade Vélodrome. "A un an d'une date qui peut être historique pour la France", il faut "passer un cap", a ajouté le triple champion olympique de canoë. "La compétition va battre son plein, la compétition est difficile mais la victoire possible" face à Los Angeles, Rome et Budapest, les autres villes candidates

"Notre dossier est solide, on l'a testé à Rio" aux JO-2016, a affirmé le coprésident du comité Paris-2024. Le Comité international olympique (CIO) désignera la ville organisatrice des JO-2024 le 13 septembre 2017 à Lima

Marseille pour la voile et le football. Si Paris était élue, Marseille devrait accueillir les épreuves de voile, ainsi que des rencontres de football. "Marseille est une terre de champions, c'était normal de commencer ici notre campagne de communication", a estimé Estanguet, en short, après avoir couru depuis la corniche de Marseille avec quelques personnalités, dont Denis Masseglia, président du Comité olympique français (CNOSF), et des sportifs comme le nageur marseillais Frédérick Bousquet. 

La course a emprunté un "parcours symbolique, où se dérouleraient les compétitions de voile" en 2024, a expliqué Denis Gargaud-Chanut, sacré champion olympique de canoë à Rio, également marseillais.

D'autres villes concernées. Lundi, la délégation avait rencontré des acteurs locaux du monde économique pour les sensibiliser au projet olympique et à ses retombées. Elle doit visiter dans les semaines à venir une dizaine d'autres villes, dont Nantes, Saint-Étienne, Bordeaux ou encore Strasbourg.