Parents cherchent nounous désespérément

  • A
  • A
Parents cherchent nounous désespérément
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUÊTE E1 - Trouver une baby-sitter au mois de septembre n'est jamais évident.  Avec la réforme des rythmes scolaires, la recherche vire au casse-tête.

30% de demandes supplémentaires. Qui dit rentrée scolaire, dit recherche de baby-sitter pour vos enfants. Mais cette année, en raison de l'application des nouveaux rythmes scolaires à l'école, dénicher la nounou idéale vire au casse-tête. Contactés par Europe 1, plusieurs agences spécialisées confirment un embouteillage sur le marché des gardes d'enfants. 15 jours après la rentrée, beaucoup de parents sont encore en galère. Family Sphere, leader des gardes d'enfants à domicile, enregistre au mois de septembre 30% de demandes en plus par rapport à l'année dernière à la même époque.

>> LIRE AUSSI - Cinq astuces pour bien choisir sa nounou

Des emplois du temps tardifs. L'entrée en application des nouveaux rythmes scolaires dans 24.000 écoles explique en grande partie cet afflux des demandes. D'abord, parce que la plupart des communes ont attendu l'été pour arrêter le nouvel emploi du temps des élèves. Impossible donc pour les parents de recruter une nounou avant la rentrée scolaire.

Un manque d'animateurs. Certains parents se sont même retrouvés le jour de la rentrée au pied du mur. Des activités périscolaires prévues pour leurs enfants le mercredi après-midi ou vendredi après-midi ne sont pour l'instant pas mises en œuvre faute d'animateurs suffisants.

Des créneaux horaires délicats. Beaucoup de parents doivent aussi trouver une baby-sitter le mercredi à la mi-journée car dans beaucoup de communes, il n'y a pas de cantine prévue après la classe. Dans le réseau d'agences Babychou, une demande sur trois concerne ce nouveau créneau horaire, qui n'est pas forcément des plus attractifs.

>> LIRE AUSSI - Rythmes scolaires : à Marseille, la grande pagaille

Du mieux en octobre. La situation devrait se décanter autour du 10 octobre, une fois que les étudiants auront leur emploi du temps définitif et les communes enfin recruté leurs animateurs pour assurer les activités périscolaires.