Parc nucléaire français : "Ce que nous avons vu est catastrophique et très inquiétant"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Thierry Gadault, co-auteur de "Nucléaire Danger immédiat", les autorités taisent la réalité de l'état du parc nucléaire français, dont la majeure partie des réacteurs s'apprête à dépasser les 40 ans.

INTERVIEW

Leur constat est édifiant. Thierry Gadault et Hugues Demeude livrent dans Nucléaire Danger immédiat, à paraître chez Flammarion mercredi, une enquête particulièrement inquiétante sur l'état du parc nucléaire français. Ils y pointent notamment l'état du site de Tricastin dans la Drôme, mis en service en 1980, et décrit par les auteurs comme "la pire centrale du pays".

Tricastin, (très) mauvaise élève. "Il apparaît que le réacteur 1 de Tricastin est celui qui cumule le plus grand nombre de défauts, les défauts les plus dangereux. Le poursuivre au-delà de 40 ans serait prendre des risques inconsidérés", explique Thierry Gadault, invité lundi de la matinale d'Europe 1, alors que l'Autorité de sûreté nucléaire a fait arrêter la centrale en octobre dernier. "C'était sur un problème lié à la structure de la digue qui surplombe le canal [Tricastin est située en-dessous du canal de Donzère-Mondragon, ndlr]. En cas de séisme très fort, il y avait un risque que la digue s'effondre et que le canal inonde la centrale", pointe-il.

Le silence des autorité. Surtout, le journaliste dénonce le silence des autorités autour de la situation du nucléaire français. "EDF a fait une conférence de presse la semaine dernière sur son parc nucléaire, avec une langue de bois qui datait des années 1970. Le message c'était : circulez, tout va bien il n'y a rien à voir. Nous sommes allés voir et ce que nous avons vu est catastrophique et très inquiétant", avance-t-il, pointant notamment l'âge des installations.

Le système nucléaire français a développé une culture du mensonge et de la dissimulation depuis plus de 50 ans

Une limite d'âge inquiétante.  "Il n'y a pas eu d'investissements considérables, ce qu'il y a eu c'est du rafistolage, de la maintenance courante, qui a été bâclée dans les années 2000 pour des raisons financières". Thierry Gadault s'alarme ainsi de la limite des 40 ans, que s'apprêtent à dépasser les deux-tiers du parc nucléaire français d'ici 2025. "Cette limite est une limite sur la structure de l'acier des cuves, parce que l'acier se modifie au fil du temps et se fragilise. Si cette limite a été fixée c'est pour des raisons de sûreté. Ne pas respecter cette limite, c'est rentrer dans un domaine inconnu et prendre tous les risques".

Thierry Gadault pointe l'état inquiétant selon lui des centrales de Fessenheim, Le Bugey, Saint-Laurent-des-Eaux, Gravelines et Blayais, mais aussi des structures plus récentes. "Sur les générations suivantes, on voit qu'il y a des problèmes à Civaux, à Chouzé-sur-Loire et à Flamanville". Pour lui, l'Autorité de sûreté nucléaire contribue à alimenter l'opacité sur l'état de ces structures. "Elle fait partie du système nucléaire français qui a développé une culture du mensonge et de la dissimulation depuis plus de 50 ans, et qui s'est traduit par les informations sur ce qui s'est passé autour de Tchernobyl et sur les accidents nucléaires graves qui ont eu lieu à Saint-Laurent-des Eaux. Nous avons eu des accidents nucléaires graves avec du relâchement de plutonium dans l'environnement et dans la Loire, tout cela a été caché pendant des années".