"On en fait un peu trop" sur la grippe A

  • A
  • A
"On en fait un peu trop" sur la grippe A
Partagez sur :

Pour le Professeur Marc Gentilini,"les moyens mis en place ne sont pas justifiés". Une position qui ne fait pas l"unanimité.

Où en est-on de l'épidémie de grippe A ? Si elle a déjà fait plus de 4.000 morts dans le monde depuis son apparition en mars dernier, la France n’a pas encore été trop touchée. Mais à l’approche de l’hiver, le débat sur une possible épidémie oppose les spécialistes.

Ainsi, pour Marc Gentilini, Professeur émérite des maladies infectieuses, "on en fait un peu trop". Interrogé sur Europe 1 mercredi, il estime que "si la situation s’aggrave se sera regrettable, mais que les moyens mis en place ne sont pas justifiés". Il s'inquiète "du coût global de l’opération" et a vivement pointé du doigt les experts sanitaires : "Ce sont eux qui sont en cause et je leur en veux", d’avoir fait gonfler artificiellement l’hypothèse d’une épidémie.

Regardez l'interview en intégralité :

Un raisonnement qui n’est pas suivi par tous. Et si un mois après la rentrée des classes, les cas de grippe A sont en baisse, les spécialistes, comme le Professeur Bruno Lina, assurent que "le vrai début de la vague épidémique va arriver pendant l’hiver". Selon lui, "on ne peut pas y échapper", la capacité de diffusion du virus "est très bonne" et notre "corps n’a pas les barrières suffisantes pour les repousser", a-t-il expliqué sur Europe 1 mercredi.

Beaucoup de spéculations donc mais aucune réponse tranchée. Mieux vaut quand même rester prudent et suivre les conseils pour se prémunir du virus.