Objet suspect dans le vol AF : la garde à vue de l'ex-policier levée

  • A
  • A
Objet suspect dans le vol AF : la garde à vue de l'ex-policier levée
Image d'illustration
Partagez sur :

La garde à vue de l'ex-policier, interpellé après la découverte samedi soir d'un objet suspect sur un vol Air France, reliant l'Île Maurice à Paris, a été levée. 

La garde à vue levée. La garde à vue du policier à la retraite soupçonné d'avoir placé dans les toilettes d'un avion Air France un objet suspect, dont la découverte a provoqué l'atterrissage en urgence de l'appareil au Kenya, a été levée, a annoncé le parquet de Bobigny, lundi soir. "L'état actuel des investigations ne justifie plus le maintien de la garde à vue", a précisé le parquet de Bobigny, qui "poursuit son enquête". 

Cette interpellation avait eu lieu dans le cadre de l'enquête ouverte à la suite de la plainte déposée par Air France pour des "faits d'entrave à la circulation des aéronefs et mise en danger de la vie d'autrui". L'homme entendu avait "signalé à l'équipage la présence d'un objet suspect dans les toilettes de l'avion et pouvant s'apparenter à un engin explosif artisanal", a précisé le parquet.

Un atterrissage forcé.L'engin, découvert samedi vers 22 heures, heure française, dans un petit placard des toilettes de l'avion, était "un ensemble de cartons, de papiers et d'un système ressemblant à un minuteur de cuisine", selon le PDG d'Air France Frédéric Gagey. La découverte de cet objet avait forcé l'avion du vol AF463, avec 459 personnes à bord et 14 membres d'équipage, en provenance de l'île Maurice et à destination de Paris, à faire un atterrissage d'urgence dans la nuit de samedi à dimanche à Mombasa, au Kenya.

Une plainte contre X. Une porte-parole d'Air France a indiqué lundi que la compagnie avait porté plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui" au tribunal de grande instance de Bobigny.