Notre-Dame-des-Landes : un plan à la Larzac pour l'évacuation de la ZAD

  • A
  • A
Partagez sur :

INFO E1 - Europe 1 vous révèle jeudi matin le scénario privilégié pour évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, au cas où le projet d'aéroport serait abandonné par les autorités.

INFO EUROPE 1

Les consultations sur le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes s'ouvrent vendredi à Matignon. Edouard Philippe doit recevoir les élus, avant qu'une décision soit prise d'ici la fin du mois. Si l'abandon du projet était prononcé, quel serait le scénario privilégié pour évacuer la ZAD sans que cela ne tourne à l'affrontement ? Le gouvernement envisage de s'inspirer de l'exemple du Larzac, révèle Europe 1 jeudi matin.

José Bové à la manœuvre. L'exemple du Larzac serait, pour le gouvernement, une solution élégante. Après l'abandon du projet de camp militaire en 1981, les autorités étaient parvenues à trouver une forme juridique pour que les paysans et les autres puissent rester. Dans le dossier Notre-Dame-des-Landes, c'est encore José Bové, figure de cette lutte du Larzac dans les années 1970, qui est à la manœuvre. Le militant anti-OGM est en contact avec les opposants à l'aéroport depuis plusieurs mois, et est soutenu par Nicolas Hulot. Le ministère de l'Intérieur confirme que c'est bel et bien cette solution qui est aujourd'hui sur la table. Mais attention, ce scénario n'est applicable qu'en cas d'abandon du projet uniquement.

Une évacuation au cas par cas. Cela ferait d'ailleurs les affaires des forces de l'ordre, puisque cela signifie qu'on s'oriente vers une évacuation de la ZAD au cas par cas, et non pas vers une évacuation totale et musclée. Si le projet est abandonné, les paysans historiques, qui ont toujours refusé de bouger, à n'importe quel prix, et détiennent plusieurs centaines d'hectares pourraient rester sur place. Ils ne sont pas les seuls, puisque les locataires historiques sont également fondés à rester, comme peut-être une partie des Zadistes arrivés depuis cinq ou six ans, et qui ont démarré une activité agricole déclarée à la chambre d'agriculture. Ne resteraient donc à évacuer que les Zadistes qui veulent absolument rester hors-cadre - ce que pourrait faire le gouvernement ne serait-ce que pour montrer sa détermination sur ce dossier.  

C'est ce dernier cas de figure qui risque de poser problème. Toutes les composantes de la lutte contre Notre-Dame-des-Landes sont pour une solution de type Larzac. Ils veulent créer une "entité" pour gérer la ZAD, mais veulent conserver tout le monde à l'intérieur, y compris ces Zadistes qui refusent toujours un cadre légal. D'ailleurs, la première chose que les opposants vont demander au gouvernement, c'est du temps pour proposer une solution d'avenir pour le site. 

Enquête : NDDL : comment les forces de l'ordre se préparent ?