Neige et verglas : assureurs et garagistes débordés ces deux derniers jours

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Ça glisse jeudi matin sur les routes d'Ile-de-France. Les automobilistes doivent redoubler de vigilance. Car d'autres ont déjà abîmé leur voiture sur les routes glissantes.

Conséquence de la neige qui a paralysé une partie de l'Ile-de-France mercredi : les garagistes ont été extrêmement sollicités. Entre batteries à plat, embourbements et dérapages incontrôlés, les dépannages et demandes d'assistance se sont multipliés depuis plus de 24 heures.

Les garagistes à flux tendus. Au centre Point S de Chessy, dans le Val-de-Marne, le gérant Laurent Caplain et son équipe ont reçu six fois plus d'appels que d'habitude, et ont enchaîné les interventions. "Ça n'arrête pas. On a beaucoup d'échanges de batteries, quelques véhicules qui se sont entrechoqués…", illustre-t-il. Le garage de Laurent Caplain répond au cas par cas, en fonction de la livraison ralentie des pièces. Mais il a déjà du travail jusqu'à samedi soir. 

Après la neige, le verglas ! Sur Twitter, ça dérape :

Des records pour les sociétés d'assistance. Du côté des assureurs, les dispositifs d'urgence ont été activés. L’ensemble de la profession a noté collectivement une augmentation de l’activité entre 30 à 40% par rapport à la même période l’an passé, selon les chiffres de la SNSA (syndicat national des sociétés d'assistance, qui regroupe 96% de la profession). C'est le cas d'Axa notamment. Pour Pascal Fanton, directeur des opérations chez Mondial Assistance, la situation est tout bonnement inédite."Nous avons reçu 25.000 appels, et nous avons effectué 7.000 dépannages de véhicules. C'est un des records de l'histoire de l'entreprise. Le nombre de demandes en cas d'accident a considérablement augmenté. Dans un cas sur deux, il s'agit de petits accrochages, de problèmes de pare-chocs, de glissades…", indique le professionnel.

Pour faire face à cette augmentation du volume d'activité, et en prévision du retour de la neige vendredi, les sociétés ont pris des mesures : le télétravail pour leurs salariés et l'embauche d'intérimaires supplémentaires.

Économiquement, la neige fait des gagnants et des perdants

La neige et le froid ont des conséquences directes sur l'économie. Dans les brasseries parisiennes, à l'heure du déjeuner, les clients ont par exemple déserté. "C'est très calme", observe un employé, un peu dépité en voyant seulement trois tables occupées. A l'inverse, certains magasins sont pris d'assaut, et notamment ceux qui vendent des vêtements chauds. Problème, plusieurs rayons affichent des ruptures de stock. Mercredi, l'interdiction de la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes a en effet généré de gros problèmes d'approvisionnement dans bon nombre d'enseignes.