Nantes : ils manifestent pour le rattachement à la Bretagne

  • A
  • A
Nantes : ils manifestent pour le rattachement à la Bretagne
Plus de 10.000 personnes ont manifesté à Nantes pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.@ REUTERS
Partagez sur :

Plus de 10.000 personnes ont défilé samedi dans les rues de Nantes pour demander le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.

Il s'agit de la mobilisation la plus importante depuis le lancement du débat sur la réforme territoriale. Entre 13.000 et 30.000 partisans du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne ont manifesté pour la "réunification" samedi à Nantes, alors que le débat sur la réforme territoriale, lancé par le gouvernement, doit reprendre dans quelques semaines.

Joueurs de biniou et "gwenn ha du". La manifestation a démarré vers 15h30, avec en tête plusieurs centaines de joueurs de biniou, derrière une banderole proclamant : "Nous sommes une nation". Peu avant, le président de Bretagne Réunie, Jean-François Le Bihan, s'est félicité d'une "mobilisation sans précédent", revendiquant "plus de 30.000 personnes sur le site", acclamé par la foule dans une marée de "gwenn ha du", les drapeaux bretons noirs et blancs. 

"Oui à la réunification". Les forces de l'ordre ont quant à elles évalué à 13.000 le nombre de manifestants en milieu d'après-midi."Democracy : UK 1 France 0", en référence au référendum récent organisé en Ecosse sur la question de l'indépendance, proclamait une des nombreuses pancartes brandies par les manifestants. "Fusion = disparition", "Réunification il y a urgence", "On est Bretons, pas ouest-ins!", "Non au grand ouest, oui à la réunification", indiquaient d'autres affichettes. Derrière les binious, les manifestants ont scandé en choeur "Naoned e Breizh !", "Nantes en Bretagne" en breton, et tiré quelques feux de Bengale. 



"La Bretagne sera réunifiée". Parmi les personnalités présentes, le chanteur Alan Stivell, venu "pour défendre la Bretagne qui va disparaître" et appelle de ses voeux le "nouveau tigre celtique en Europe que serait la Bretagne" à cinq départements si la Loire-Atlantique quittait les Pays-de-la-Loire pour la rejoindre. Christian Troadec, maire DVG de Carhaix et chef de file des bonnets rouges, lui, en est convaincu : "les gens sont de plus en plus mobilisés et la Bretagne sera réunifiée".