Nantes accueille les premiers réfugiés de la France dans le cadre du plan européen

  • A
  • A
Nantes accueille les premiers réfugiés de la France dans le cadre du plan européen
Ce sont les premiers réfugiés à arriver en France en vertu des accords européens du 22 septembre dernier, sur la répartition des migrants en Europe. @ AFP
Partagez sur :

Vendredi, la France a accueilli ses premiers réfugiés dans le cadre du plan européen. Direction Vertoux, près de Nantes, où sont arrivés les tout premiers : 19 Erythréens. 

Dans les camps d’Italie, ils ont tous choisi la France. 18 hommes et une femme érythréens, moyenne d’âge 26 ans, sont arrivés vendredi à Vertoux, près de Nantes. Ce ne sont pas des migrants économiques, comme l’explique Henri-Michel Comet, préfet de Loire-Atlantique : "Ils ont vécu des situations de guerre. Ils ont quitté leur pays pour éviter la mort et ils ont souhaité venir en France pour refaire tout ou partie de leur vie". Leur nombre reste limité mais il s'agit d'une "première action expérimentale" avant une montée en puissance du dispositif, a précisé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, vendredi, venu leur souhaiter la bienvenue. 

30.000 demandeurs d’asile en deux ans. Dans l'Hexagone, le plan de la Commission européenne de répartition des 120.000 réfugiés se met peu à peu en place. La France "a proposé à l'Italie et à la Grèce de prendre en charge 200 personnes en novembre, 300 en décembre et 400 en janvier", a indiqué Bernard Cazeneuve. En deux ans, l'arrivée de 30.000 personnes est prévue en France.

Le traitement de leur demande d’asile accéléré. Pour obtenir le statut de réfugiés, ils vont bénéficier d’une procédure accélérée, entre deux et quatre mois, au lieu de neuf habituellement. Un statut qu’ils sont quasiment tous certains d’acquérir. "Au moins 80% des personnes que l’on accueille vont être, cette fois-ci, reconnues 'réfugiés politiques'. Là on est dans un cadre particulier, plus motivant, parce qu’on sait qu’on va pouvoir travailler sur une intégration programmée en France de personnes qui ne seront pas sans-papier au bout de quatre-cinq mois", se félicite Philippe Couffin, de l’association Saint-Benoit Labre.

Alors beaucoup d’émotion règne à Vertoux, comme le révèle l'enthousiasme de Nadine, qui prépare leur arrivée : "Je suis très très émue. Le fait de pouvoir les accueillir à Vertoux, c’est un honneur". 

>> Guillaume Larrivé, député Les Républicains de l’Yonne et secrétaire général en charge des questions d’immigration, était l'invité d’Europe 1 samedi matin. Pour lui, il  faut "remettre du bon sens dans ces affaires d’immigration"


Guillaume Larrivée : "Il est urgent de remettre...par Europe1fr