Les musulmans de France entre peur et condamnation

  • A
  • A
Les musulmans de France entre peur et condamnation
@ JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :

ISLAM - Les instances musulmanes de France, inquiètes d'un climat d'islamophobie, ont condamné l'attaque contre Charlie Hebdo.

"Nos compatriotes musulmans ont peur aujourd'hui", a déploré vendredi soir le Premier ministre, Manuel Valls. Et pour cause, depuis mercredi et l'attaque meurtrière visant la rédaction de Charlie Hebdo, de nombreuses mosquées ont été prises pour cible. Mais en plus de la peur de l'amalgame dont ils pourraient être victimes, les musulmans désapprouvent aussi les actions terroristes faites au nom de leur religion. Des représentants officiels aux anonymes, les musulmans ont été nombreux à condamné fermement cet acte qui a traumatisé la France.

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : qui sont les 12 victimes ? 

Coups de feu, tags haineux, tête de sanglier. Depuis mercredi, la communauté musulmane de France a subi de plein fouet une quinzaine d'attaques contre une grosse dizaine de leurs lieux de culte. À Poitiers, à Rennes, à Bayonne et à Béthune, des insultes racistes ont été taguées sur l'extérieur des lieux de culte. A Péronne, c'est une croix gammée qui a été inscrite jeudi sur un monument aux morts consacré aux combattants d'Afrique du nord. À Corte, en Corse, des viscères et une tête de sanglier ont été déposées devant une salle de prière musulmane. Enfin, vendredi soir, peu avant minuit, ce sont cinq coups de feu qui ont été tirés sur la mosquée de Soissons. 

>> LIRE AUSSI - Plusieurs mosquées prises pour cible

"Ajouter de l'injustice à l'injustice". Les responsables musulmans ont été nombreux à appeler au calme suite à ces attaques. "On a peur de ces actes d'amalgame!", a déclaré le président de l'association des musulmans de la Côte basque, Abderrahim Wajou. "On est comme tout le monde, on est effarés par ce qui s'est passé à Charlie Hebdo, c'est totalement injuste. Mais ajouter de l'injustice à l'injustice, c'est mettre la pagaille dans la société", a-t-il dit. 

Une prière du vendredi pour les victimes de Charlie. Dans ce climat de tensions entourant les mosquées, les musulmans de France ont été invités à prier pour les victimes de Charlie Hebdo tombées sous les balles des terroristes mercredi. C'est l'Union des mosquées de France (UMF) qui, dès jeudi, a pris cette initiative en demandant "à tous les imams" de France de condamner durant leur prêche cet acte terrible qui a fait 12 morts et plusieurs blessés. Il leur a été aussi demandé de souligner que le terrorisme et la violence "sont contraires à l'islam et à son message de paix".

mosquée saint étienne  Charlie 1280x640

© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Le recteur de la mosquée de Lille-Sud, Amar Lasfar, est allé jusqu'à brandir en plein prêche une pancarte où était inscrit : "pas en mon nom". "Le silence", c'est selon lui, donner "du crédit" aux terroristes. Il résume les revendications des frères Kouachi : "une usurpation de notre religion". 



À Poitiers, Boubaker El Hadj Amor, le recteur de la mosquée qui a subi un tag injurieux dans la nuit de mercredi à jeudi, avait appelé "tous les poitevins" à un grand rassemblement dès vendredi après-midi sur le site de la mosquée. Idem à Châteauroux et à Saint-Etienne où les musulmans se sont regroupés près de leur mosquée pour manifester leur désaccord avec l'attaque contre Charlie Hebdo.

Une condamnation unanime. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a été, dès mercredi, le premier à réagir à l'attaque visant le journal satirique. "Les musulmans de France condamnent avec la plus grande détermination l’attaque terroriste d’une exceptionnelle violence commise contre le journal Charlie Hebdo", avance-t-il dans un communiqué, parlant d'"un acte barbare" et d'"une attaque contre la démocratie et la liberté de la presse". En prévision des divisions entre communautés qui pourraient survenir, Dalil Boubakeur, son président et recteur de la Grande mosquée de Paris, appelle "toux ceux qui sont attachés aux valeurs de la République à éviter les provocations qui ne servent qu'à jeter de l'huile sur le feu". 

musulmanes charlie hebdo 1280x640

© GUILLAUME SOUVANT / AFP

Une partie du message du CFCM est aussi destinée aux musulmans qui doivent faire "preuve de la plus grande vigilance face aux éventuelles manipulations" venant de groupes extrémistes. 

Mohamed Moussaoui, enfin, président de l'Union des mosquées de France (UMF), voit dans cette action terroriste "une atteinte à la vie humaine". Il en a profité pour rappeler que "l'essence" de l'islam faite de "paix" et de "sacralisation de la vie". 

manifestation charlie 1280x640

© GUILLAUME SOUVANT / AFP

Les musulmans dans la "marche républicaine".  L'UMF et le CFCM ont lancé un appel national aux musulmans à participer la "marche républicaine" de dimanche. Des imams ont aussi pris cette initiative, comme à Lyon, où le grand recteur de la mosquée, Kamel Kabtane, a lancé l'appel : "Tous pour la République et la démocratie". Pour lui, "l'union du peuple français est plus que nécessaire", dans cette "situation difficile". "La confiance entre tous les Français", doit être "consolidé", selon lui.

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : des manifestations d'ampleur dans toute la France